Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Huit pépites de la sous-traitance récompensées au Midest

Frédéric Parisot , , ,

Publié le

L’innovation est à l’honneur à l’occasion de l’ouverture du salon Midest 2013, qui se tient au Parc des expositions de Paris Nord Villepinte du 19 au 22 novembre. Huit sous-traitants ont été récompensés par des trophées, et un prix spécial a été décerné au groupement d’IUT de Reims-Châlons-Charleville.

Huit pépites de la sous-traitance récompensées au Midest

Le jury, composé de journalistes de la presse spécialisée, a remis son verdict. Ce sont huit trophées et un prix spécial qui ont été remis ce matin par les organisateurs du Midest, le salon de la sous-traitance qui se tient jusqu’au 22 novembre au Parc des expositions de Paris Nord Villepinte.

Bureau d’études

Deux sous-traitants ont été récompensés cette année dans la catégorie "bureau d’études". La première, la société Euro-Shelter (46 salariés, 8 millions d’euros de chiffre d’affaires), spécialiste des caissons en aluminium. Elle a été saluée pour son initiative de "concept-train", un démonstrateur de wagon dont la structure est composée de panneaux-sandwiches, c’est-à-dire un empilement de couches d’aluminium. L’objectif des ingénieurs d’Euro-Shelter est de montrer que cette technologie, qui allie résistance et légèreté, peut aller au-delà des fonctions d’habillage et remplir un rôle structurel.

La société STAS, qui remporte le second trophée dans la catégorie bureau d’études, a été saluée pour un système de levage particulièrement innovant. Réservé certes à une application de niche - la manipulation des cuves cryogéniques -, le système mis au point par cette entreprise de 5 salariés et 1,65 million d’euros de chiffre d’affaires permet de sécuriser le levage des cuves. Il évite que la cuve ne tourne sur elle-même lorsqu’elle est inclinée ou redressée, et les opérateurs n’ont plus besoin de monter en haut des cuves pour arrimer le crochet, ce qui limite nettement le risque d’accident.

Innovation

Dans la catégorie "innovation", le trophée a été attribué à la société Walter Pack. Ce sous-traitant, qui emploie 50 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 7,8 millions d’euros, est à l’origine des vitres en polycarbonate qui équipent le véhicule électrique Renault Twizy. Plus léger et plus transparent que le verre, le polycarbonate mis au point spécialement pour la Twizy présente un traitement à base de nanoparticules aux propriétés hydrophobes (il évite la condensation) et anti-rayures.

International

Le trophée du meilleur développement à l’international a été décerné à la société Era-Sib (30 personnes, 5 millions d’euros de chiffre d’affaires). Grâce à une politique essentiellement centrée sur l’export, ce fabricant d’électrovannes pour milieux industriels sévères (pétrochimie, cryogénie, atmosphères explosibles) est parvenu à multiplier son chiffre d’affaires par deux en l’espace de deux ans. Aujourd’hui la société réalise 60 % de ses ventes à l’international (+20 % en 5 ans), dont 10 % en Asie.

Organisation

Dans la catégorie "organisation", le trophée a été décerné au jurassien AS Bois (12 employés, 844 000 euros de chiffre d’affaires). Ce sous-traitant a mené de front la mise en place d’un système de management de qualité et la création d’un système d’amélioration continue. Un travail important a été effectué sur la flexibilité, grâce aux outils du lean manufacturing comme le SMED (changement rapide d’outils), qui ont participé à améliorer l’implication du personnel.

Partenariat

Le trophée du meilleur partenariat a été accordé à la société Baron (320 salariés, 28 millions d’euros de chiffre d’affaires). Ce spécialiste de l’outillage a été salué pour une machine permettant d’automatiser le montage et le démontage des plaquettes d’usinage. Une machine qui garantit le bon positionnement de la plaquette sur l’outil de découpe, et qui évite les éventuels troubles musculo-squelettiques que peuvent causer les opérations répétées de vissage-dévissage des plaquettes. Surtout, cette machine qui a été réalisée pour l’équipementier aéronautique Safran, a fait l’objet d’un brevet commun. Ce dernier permet à la société Baron de vendre sa machine à toute autre entreprise ayant des centres d’usinage complexes et faisant une utilisation intensive de plaquettes.

Réalisation exemplaire

Les sociétés ECL et Eladis reçoivent toutes deux un trophée dans la catégorie "réalisation exemplaire". ECL (740 personnes, 172 millions d’euros de chiffre d’affaires) a été salué pour avoir relocalisé une fabrication de poutres pour ponts roulants. La délocalisation en Chine avait entraîné des frais de transport et de non qualité, et son rapatriement a été l’occasion d’apporter des innovations (ces poutres d’une longueur de 25 mètres font appel à de nombreuses techniques de fabrication : découpe, usinage, assemblage et soudage par laser, MIG et à l’arc).

Le produit réalisé par Eladis est lui aussi impressionnant. Cette TPE basée dans l’Oise, qui emploie 3 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 1 million d’euros, a développé et fabriqué un énorme joint en caoutchouc de près de 100 mètres de long. Cette pièce est installée sur un bateau-porte, utilisé pour la mise au sec d’une cale de construction de navires de la Marine nationale. Le joint a été réalisé d’une seule pièce, sans soudure ni collage afin de réduire le risque de fuite. Quant à la matière, elle a été développée spécialement pour l’application : elle absorbe davantage de pression que les joints précédents, afin de limiter les efforts sur les appuis en béton.

Prix spécial du jury

Pour finir, le prix spécial du jury du Midest a été décerné au groupement d’IUT de Reims-Châlons-Charleville. Il récompense plus particulièrement la création de la formation DUT TC-C3SI (techniques de commercialisation - commercialisation des systèmes, solutions et services industriels), qui compte déjà plus de 300 diplômés sur l’IUT de Charleville, et qui a été étendu aux autres IUT du groupement. Créé en 2002 suite à une enquête de L’Usine Nouvelle (!) qui avait révélé le besoin de former de véritables technico-commerciaux, le cursus met l’accent sur quatre disciplines : la culture générale, la culture industrielle et scientifique, la culture commerciale et la culture de l’action.

Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus