HUIT ANS POUR PROPULSER AIR LIQUIDEIl succédera le 23mai à Edouard de Royère à la présidence d'Air liquide. Avec pour mission de réussir le reengineering, largement amorcé, du numéro1 mondial des gaz industriels et de doubler sa taille ces dix prochaines années.

Partager



HUIT ANS POUR PROPULSER AIR LIQUIDE

Il succédera le 23mai à Edouard de Royère à la présidence d'Air liquide. Avec pour mission de réussir le reengineering, largement amorcé, du numéro1 mondial des gaz industriels et de doubler sa taille ces dix prochaines années.



Alain Joly, 57ans, dispose de huit ans, limite d'âge du président oblige, pour marquer de son empreinte le groupe Air liquide, qui, en 2002, devrait célébrer son centenaire. Aux commandes depuis dix ans, Edouard de Royère lui laisse non seulement une entreprise qui a traversé sans encombre la crise du début des années90 tout en creusant l'écart face à ses grands concurrents mondiaux, mais aura su également, pendant ces années difficiles, se préparer à sa prochaine décennie. Sans la moindre tentation de se diversifier en dehors de ces gaz omniprésents dans les industries de pointe comme dans la vie quotidienne, mais avec la volonté affichée de se déployer dans les huit directions définies par les "projets-groupe" mis en place il y a deux ans. Dans les gaz pour l'électronique, la santé, l'industrie papetière, le verre, l'environnement, les méthodes de fabrication par membranes, l'air comprimé, Alain Joly va forcer l'allure. En sachant que ces prochaines années, où tourneront à plein régime les nouvelles structures plus légères et plus réactives aux besoins des clients, seront décisives. Après des débuts, modestes mais obligés, de monteur-démarreur d'unités de liquéfaction en Silésie, en Belgique et dans le Mezzogiorno, il est le premier polytechnicien à parvenir au sommet dans la discrète maison où Centraliens, Arts et métiers et anciens de l'Ecole de physique et chimie industrielles de la ville de Paris ont toujours régné. Pendant les années où Air liquide rêvait d'être l'"IBM de l'azote et de l'oxygène", il s'est doté d'une solide culture américaine, qu'il a développée dans les systèmes de gestion, de planification, la recherche et le marketing de la multinationale. Dès son accession à la présidence, en 1985, Edouard de Royère avait fait de cet ingénieur rigoureux et à l'aise dans les multiples domaines de ce métier très évolutif son directeur général et son dauphin. Une trajectoire confirmée par l'achat mouvementé de l'américain Big Three, la mise au point de nouveaux process, puis l'offensive accélérée en direction de l'Allemagne, de la Chine et du Sud-Est asiatique. C'est Alain Joly qui, courageusement, a entrepris de rompre avec les pratiques hypercentralisatrices et paperassières qui avaient fait la preuve de leur efficacité en supprimant tous les budgets et en donnant plus d'initiatives aux responsables des 250régions dans les 70pays où flotte le drapeau bleu et blanc du leader mondial. Alain JEMAIN

USINE NOUVELLE N°2496

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS