L'Usine Agro

Huile de palme : bouc émissaire ou vrai problème ?

, ,

Publié le

Alors que l’"amendement Nutella" consistant à multiplier par quatre la taxe sur l’huile de palme a été repoussé par la commission du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), le Fonds français Alimentation & Santé, dirigé à 50% par des industriels français de l’agroalimentaire, a tenu une conférence de presse mercredi 21 novembre pour présenter les aspects nutritionnels, sociaux et environnementaux de l’huile de palme.

Huile de palme : bouc émissaire ou vrai problème ? © WRI - Flickr - C.C.

Dangereuse pour la santé et nocive pour l’environnement, depuis quelques années l’huile de palme est montrée du doigt en France.  Une réaction alarmiste, selon le Fonds français Alimentation & Santé, une fondation qui réunit des acteurs scientifiques et industriels afin de " consolider un partenariat durable au service d’une politique de santé publique globale ".  " C’est vrai que plusieurs études montrent un risque cardiovasculaire dû à la consommation des huiles saturées, dont fait partie l’huile de palme, mais pas seulement ", explique Bernard Guy-Grand, nutritionniste et membre du Fond. "La contribution de l’huile de palme en acides gras saturées est faible en France", précise Daniel Nairaud, directeur général du Fonds. Selon leur rapport, un français consomme en moyenne 2 kg d’huile de palme par an.

Une consommation faible en France

" En France, il n’y a pas de problème de santé publique dû spécifiquement à la consommation d’huile de palme" selon le Fonds. Un avis derrière lequel ne se range pas le Sénat. La semaine dernière, les sénateurs ont décidé de quadrupler la taxe sur l’huile de palme pour des raisons de santé publique.  Si cet amendement a été repoussé ce matin lors de la nouvelle lecture en commission du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013, il n’a pas pour autant été enterré. Le rapporteur Gérard Bapt (PS) a expliqué devant la commission qu'il était préférable d'attendre un futur projet de loi de santé publique pour traiter des lipides de manière générale.

130 000 tonnes d’huile de palme sont incorporées dans les produits alimentaires transformés en France, indique le rapport du Fond français Alimentation & Santé. Ainsi le remplacement de cette matière pose problème, d’un point de vue économique comme technique. La production de l’huile de palme coûte moins cher que les autres huiles et techniquement, les alternatives à l’huile de palme, comme l’hydrogénation, ne sont pas moins nocives. "Les alternatives sont plus ou moins accessibles et pas toujours plus satisfaisante au plan nutritionnel quand il s’agit de concilier les recommandations nutritionnelles comme la réduction des teneurs en matière grasse et le maintien de la qualité des produits finis". Plus qu’une taxe, plus que la substitution de l’huile de palme, l’éducation des consommateurs à risque permettra de réduire les effets néfastes de l’huile de palme sur la santé, juge-t-on au FFAS.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte