Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Huawei veut se renforcer sur le marché des smartphones en Europe

Publié le

PARIS (Reuters) - Huawei cherche à renforcer sa position en Europe sur le marché des smartphones avec le lancement d'un téléphone offrant de nouvelles fonctionnalités à un prix inférieur à ceux de ses concurrents Samsung et Apple.

Huawei veut se renforcer sur le marché des smartphones en Europe
Huawei cherche à renforcer sa position en Europe sur le marché des smartphones avec le lancement d'un téléphone offrant de nouvelles fonctionnalités à un prix inférieur à ceux de ses concurrents Samsung et Apple. /Photo d'archives/REUTERS/Yves Herman/File Photo/File Photo
© Yves Herman

Le groupe chinois a présenté à Paris mardi le nouvel Honor View 20, doté d'un appareil photo de 48 mégapixels, qu'il avait lancé en décembre dernier sur son marché intérieur.

L'appareil, qui permet notamment de prendre plusieurs photos à la fois et de combiner les meilleurs qualités de chacune d'elles dans un seul cliché, est vendu à partir de 549 euros.

Le Honor offre nombre des fonctionnalités des appareils haut de gamme de Huawei pour un coût sensiblement moins important.

"Ils essaient réellement de développer la marque en Europe", a commenté Annette Zimmermann, analyste chez Gartner.

Le Honor a été lancé comme une alternative plus accessible aux smartphones haut de gamme de Huawei, mais le groupe relève progressivement son prix, a-t-elle souligné.

L'Europe est devenue le deuxième plus grand marché pour les smartphones de Huawei, qui tente également de se développer aux Etats-Unis.

Le groupe chinois est devenu l'an dernier le numéro deux mondial des smartphones devant Apple et derrière Samsung.

Le groupe avait une part de marché de 13,4% au troisième trimestre 2018, contre 18,9% pour Samsung et 11,8% pour Apple, selon Gartner.

Huawei est également le premier équipementier télécoms mondial, mais plusieurs pays occidentaux redoutent que Pékin n'utilise ses infrastructures à des fins d'espionnage.

(Mathieu Rosemain, Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle