Huawei et ZTE soupçonnés de pratiques anticoncurrentielles par l'UE

La Commission européenne envisagerait de lancer une procédure contre ZTE et Huawei pour concurrence déloyale. Les deux équipementiers télécoms chinois auraient pratiqué des prix inférieurs d'au moins 35 % à ceux du marché et reçu des subventions illégales de leur gouvernement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Huawei et ZTE soupçonnés de pratiques anticoncurrentielles par l'UE

Les deux principaux équipementiers télécoms chinois : Huawei et ZTE sont dans le collimateur de la Commission européenne, rapporte le Wall Street Journal. Ils sont tout d'abord soupçonnés de dumping. "Les analystes de la Commission européenne ont trouvé que Huawei et ZTE vendent certains équipements pour des réseaux sans-fils à des tarifs au moins 35% en dessous de ceux du marché", indique le journal américain.

Pour pratiquer ces prix défiants tout concurrence, Huawei et ZTE auraient bénéficié d'aides financières préférentielles de la part du gouvernement chinois. Au final : il serait impossible, pour les équipementiers européens ou américains, de s'aligner sur les tarifs des deux industriels chinois.

Le Wall Street Journal précise qu'un rapport présentant ces conclusions d'analystes a été transmis à différents gouvernements, notamment celui des Etats-Unis. Toute la question est désormais de savoir si la Commission européenne va aller au-delà de ces investigations et ouvrir une procédure pour concurrence déloyale. Selon le journal américain, la décision n'est pas encore tranchée.

Rappelons qu'en juillet dernier, un rapport du du sénateur Jean-Marie Bockel sur la cyberdéfense, indiquait déjà que la Commission européenne envisageait d'attaquer Huawei et ZTE pour non-respect des règles européennes de la concurrence.

Outre l'aspect commercial, le sénateur y voyait également des suspicions autour de l'espionnage économique. "Si une telle procédure d’infraction serait principalement motivée par le respect des règles européennes de la concurrence et les soupçons pesant sur ces deux entreprises chinoises en matière de concurrence déloyale, elle ne serait toutefois pas étrangère à des préoccupations liées à la sécurité nationale", indiquait-il.

Christophe Guillemin

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS