Electronique

HP-Compaq : une fusion à l'arraché

, ,

Publié le

Pour Carly Fiorina, le plus dur reste à faire...

" Sur la base de résultats préliminaires, nous pensons avoir assez de votes pour pouvoir approuver la fusion ", a déclaré la p-dg de Hewlett-Packard à l'issue de l'assemblée générale extraordinaire des actionnaires organisée hier à Cupertino, en Californie. Le principal opposant à la fusion, Walter Hewlett, refuse de son côté de s'avouer vaincu.

Selon la chaîne financière CNBC, l'écart serait en effet de moins de 1%, et le décompte officiel des bulletins prendra sans doute plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Les dirigeants de HP jugent toutefois " la marge étroite mais suffisante. "

Mais pour Carly Fiorina, le plus dur reste néanmoins à accomplir.

Après 6 mois de polémiques intenses avec les familles Hewlett et Packard, la p-dg d'HP va devoir remobiliser une maison largement ébranlée par les divisions internes. Selon les études des uns et des autres, entre 1/3 et 2/3 des salariés d'Hewlett-Packard ne soutiennent pas le processus. Et beaucoup s'inquiètent des 15 000 suppressions de postes annoncées à l'issue de la fusion. En France, les représentants du personnel s'attendent à la perte de 800 à 900 postes au sein de la nouvelle entité.

Dans le même temps, les dirigeants d'HP vont devoir gérer la suppression de gammes de produits redondantes, à l'exception du stockage et des serveurs haut de gamme. Le tout sans perdre de parts de marché au profit d'IBM et de Dell.

Des objectifs difficiles à atteindre avec une entreprise ébranlée par autant de polémiques internes...

Emmanuel Grasland

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte