Quotidien des Usines

Homologation du plan de sauvegarde de l'emploi pour PolyOne à Donchery

, , , ,

Publié le

Les dirigeants de PolyOne ont obtenu de l'administration l'homologation d'un plan de sauvegarde de l'emploi pour les 55 salariés de l'entreprise. Aucun repreneur ne s'étant fait connaître, le site de Donchery (Ardennes) fermera le 31 janvier 2014.

Homologation du plan de sauvegarde de l'emploi pour PolyOne à Donchery
Profilé
© PolyOne

L'information avait été rendue publique le 27 août 2013. A peine rentrés de vacances, les 55 salariés de Spartech, filiale de PolyOne depuis mars 2013, apprenaient que le plasturgiste américain allait procéder à la fermeture de leur usine à Donchery (Ardennes).

Créé en 1993 et spécialisé dans la fabrication de granulés et billes en plastique principalement destinés à Visteon, Delphi et Valéo, le site a subi de plein fouet ces dernières années les répercussions de la baisse du marché automobile au point de cumuler un déficit estimé à 8 millions d'euros. D'où la décision du nouveau propriétaire de rayer purement et simplement l'entreprise de la carte.

Après l'annonce de cette procédure unilatérale et accélérée décidée par l'actionnaire d'Ohio (Etats-Unis), les salariés de l'ancien pôle européen de Spartech Polycom avaient entamé une grève de quinze jours ponctuée d'actions coup de poing. Au terme de ces mouvements, Guy Katsers, le directeur luxembourgeois des ressources humaines de PolyOne, et l'intersyndicale FO, CGT, CFDT, CFTC ont trouvé un accord concernant l'amélioration des conditions de départ du personnel.

Aucun repreneur ne s'est manifesté

L'arrêt d'activité de Spartech a par contre été confirmée et programmée au 31 janvier 2014 et la Direccte vient de clore officiellement ce dossier en validant officiellement le plan de sauvegarde de l'emploi de 55 salariés. Prenant les devants, les syndicats se sont, par contre, battus pour améliorer les conditions financières de départ. En obtenant en plus des indemnités légales de licenciement une prime supra-légale de 55 000 euros brut et neuf mois de congés de reclassement par personne licenciée.

Mais à l'heure actuelle et malgré les engagements de PolyOne à trouver un repreneur pour sauver le maximum d'emplois dans les bâtiments abandonnés, le groupe américain n'a trouvé aucune solution de substitution industrielle. Ce que les élus locaux regrettent car la commune de Donchery, située entre Charleville-Mézières et Sedan, a déjà perdu plus 1 500 emplois en l'espace de quinze ans...

Pascal Remy
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte