Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Hollande et les entrepreneurs, l'armée au régime, le plan social de PSA, la "loi Florange"... la revue de presse de l'industrie

Publié le , mis à jour le 30/04/2013 À 08H59

La presse revient largement, ce  mardi 30 avril, sur les mesures pro-entrepreneurs annoncées par François Hollande la veille. Retour également sur la remise du Livre blanc sur la Défense qui prévoit des réductions de moyens pour la grande muette ainsi que sur le plan social de PSA validé par les syndicats et les premiers détails de la loi encadrant les cessions d'entreprises rentables.

Hollande redonne espoir aux patrons

De nombreux journaux reviennent ce mardi 30 avril sur la main tendue par François Hollande vers les patrons. A l'issue des Assises de l'entrepreneuriat, le président de la République a annoncé une série de mesures pour répondre à leurs préoccupations.

Pour La Croix, avec ces mesures de soutien aux entreprises, François Hollande bataille en réalité pour l'emploi, alors que le chômage au mois de mars a atteint un nouveau record.

 

 

Pour Le Parisien / Aujourd'hui en France, le dispositif annoncé par le chef de l'Etat devrait surtout contribué à simplifier la création d'entreprise, qualifiée de véritable "parcours du combattant".

 

 

Le parcours du combattant de l'armée française

La remise du Livre blanc sur la Défense figure également en bonne place dans l'actualité de ce matin, avec notamment Var-matin qui insiste sur la nouvelle baisse d'effectifs annoncée avec 24 000 suppressions de postes à venir pour la grande muette.

 

 

Pour Le Monde, "la France prépare les guerres de demain avec des ambitions réduites". Dans une infographie, le quotidien du soir dresse le portrait de l'armée française à l'horizon 2020. On peut voir qu'au fur et à mesure des Livres blancs, le budget de la Défense rapporté au PIB s'est considérablement réduit en cinquante ans : en 1960 il représentait 5,44% de la production annuelle, contre une prévision de 1,5% en 2014.

 

 

Sur I-Télé, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian est revenu sur ces réductions de budget. Pour lui, "la cohérence, le sérieux et l'ambition sont au rendez-vous de ce livre blanc" et "il ne faut pas crier au misérabilisme".

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
L'invité du 18-22 - Jean-Yves Le Drian

 

Tom Enders s'alarme des "alliances contre Berlin"

Dans les colonnes du Monde, le patron d'EADS commente les relations tendues entre la France et l'Allemagne. Depuis quelques jours, la polémique enfle après que des critiques ont été formulées envers la politique d'austérité voulue outre-Rhin. "Certains, en France, sont tentés de privilégier certaines alliances contre l'Allemagne. Cela pourrait créer des problèmes", regrette-t-il. "L'Allemagne doit aborder les problèmes en se mettant à la place des autres, et ses partenaires doivent faire de même : l'Allemagne n'est pas le temple de l'austérité et de la politique de l'offre", ajoute-t-il. "Il y a dix ans, on disait que l'Allemagne était l'homme malade de l'Europe. On exagérait. C'est aussi le cas aujourd'hui pour la France, mais elle a un besoin de réformes évident", juge également Tom Enders dans le quotidien.

 

 

Le plan social de PSA voté par les syndicats

Les syndicats de PSA Peugeot-Citroën ont rendu un avis favorable au plan de restructuration du constructeur automobile, qui prévoit 8000 suppressions de postes d'ici à la fin de l'année. Seule la CGT l'a rejeté.

A la une des Echos, "PSA donne le coup d'envoi d'une restructuration historique" avec un total de 11 200 postes en moins à terme, la fermeture de l'usine d'Aulnay et une importante restructuration du site de Rennes-La Janais.

Premiers détails sur la "loi Florange"

Sur son site internet, le quotidien économique revient par ailleurs sur le projet de loi encadrant la cession des sites rentables, que les députés PS présentent ce mardi à l'Assemblée. D'après Les Echos, "les groupes récalcitrants" s'exposeraient "à de fortes pénalités : jusqu’à 20 Smic par emploi supprimé".

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle