Hollande élu, les syndicats veulent un retour du dialogue social

,

Publié le

Tous félicitent le nouveau président mais attirent son attention sur la nécessité d’avoir un dialogue social normal avec les organisations syndicales

Hollande élu, les syndicats veulent un retour du dialogue social © REA Gilles Rolles

Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, espère ce 7 mai que le président et son futur gouvernement travailleront dans le respect du rôle des interlocuteurs, à savoir les syndicats.

En écho aux propos de François Hollande se définissant comme un candidat normal, le numéro un de FO souligne que "des relations normales, cela veut dire qu'on ne soit pas critiqués, traités de corps intermédiaires, stigmatisés, car cela ne ferait qu'envenimer les choses. On n'a pas besoin d'inscrire dans la constitution qu'il faut nous consulter, avant de prendre une décision. En démocratie, ça doit se faire naturellement".

Sur la conférence sociale prévue à la mi-juillet, le secrétaire général estime qu’il faut la préparer via des réunions bilatérales. Notamment sur les retraites, il relève un premier point de divergence avec le nouveau président. Pour le syndicat, doivent être pris en compte les trimestres "validés" c'est-à-dire y compris les périodes de chômage, de maternité pour revenir à la retraite à 60 ans, alors que François Hollande propose de s’intéresser aux personnes ayant cotisé 41 ans.

La CFDT demande une rencontre, avant les législatives de juin, entre le "nouvel exécutif" et les partenaires sociaux pour décider de "méthodes de travail" en vue d'apporter des réponses sur l'emploi et le pouvoir d'achat. "En élisant François Hollande hier, les électeurs ont choisi pour président le candidat qui, dans la campagne, a eu un discours fort sur la nécessité de rassembler les Français quelles que soient leurs origines sociales et culturelles, affirme, dans un communiqué, la commission exécutive de la CFDT. C'est également le candidat qui a annoncé clairement sa volonté de placer le dialogue avec les partenaires sociaux, notamment les organisations syndicales, comme une des priorités dans sa méthode de travail".

Pacte social

Quant à la CFE-CGC,  elle rappelle dans son communiqué daté du 7 mai le pacte social qu’elle a envoyé à tous les candidats durant la campagne. "Nous serons très actifs auprès du nouveau gouvernement sur l'emploi, l'éducation, la ré-industrialisation, le partage des richesses, des sujets majeurs sur lesquels au-delà du fait d'être attentifs, souligne le syndicat. Nous avons fait des propositions sérieuses et nous sommes certains que le dialogue social doit avoir une place prépondérante dans notre société".

Dès dimanche soir, la CFTC a adressé "ses voeux de réussite" au nouveau chef de l'Etat et "attend de lui qu'il soit le président de tous, qu'il s'affirme en garant du bien commun, qu'il soit à l'écoute des différentes composantes d'une Nation meurtrie par les difficultés économiques et divisée après une rude campagne électorale". Il demande à François Hollande une concertation avec les partenaires sociaux sur les sujets qui les concernent".

Pour Eric Beynel, porte-parole de l'Union syndicale Solidaires,"ce qui importe c'est que la politique change et que certaines décisions soient prises sans délai". Le syndicat pense notamment à l'augmentation immédiate du Smic et des minima sociaux, la suspension des plans de licenciements ou encore la non ratification du traité budgétaire européen.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte