HITACHI / SGS-THOMSONEnsemble pour concevoir un processeur 64 bits

Publié le

HITACHI / SGS-THOMSON

Ensemble pour concevoir un processeur 64 bits



Quand deux des " top 10 " mondiaux de l'industrie du semi-conducteur s'allient, c'est que le jeu en vaut la chandelle. Hitachi, numéro 5 mondial, et SGS-Thomson, numéro 10, ont décidé d'unir leurs efforts pour produire la prochaine génération de coeurs de microprocesseurs 64 bits. Les premières puces, nommées ST50 ou SH-5, seront disponibles mi-2000 et produites en quantité l'année suivante. Les deux sociétés, même si elles sont pour l'heure peu en concurrence, travaillent dans le même domaine des " systems on a chip ". C'est-à-dire des puces bâties à la demande sur un cahier des charges. Le seul élément commun est le coeur de microprocesseur Risc (à jeu d'instructions réduit) contenu dans la puce. Le reste est constitué, selon les besoins, de mémoires, de circuits logiques, voire d'éléments analogiques. " En 1996, notre part du marché mondial des microprocesseurs Risc 32 bits fondée sur l'architecture SuperH était de 33 % ", affirme Matthew Trowbridge, directeur général d'Hitachi Europe. Ce qui range le géant japonais en deuxième place derrière l'américain Mips Technology (35 %). Cette architec-ture avait donc tout pour plaire à SGS-Thomson. L'européen avait bien, dans ses cartons, un microprocesseur Risc (64 bits, cette fois ), baptisé Chameleon. " Nous avions un choix stratégique à faire, assure Philippe Geyres, vice-président et directeur général du groupe produits programmables de SGS-Thomson. Soit nous continuions à développer cette architecture de notre côté et à la décliner en une gamme. Soit nous cherchions une autre solution. " Les développements faits autour de Chameleon ne sont pas perdus. En effet, l'expertise gagnée ainsi servira pour le projet en cours, même si l'architecture de base est celle d'Hitachi. " Le projet SH-5/ST50 est mené de concert à San Jose, aux Etats-Unis ", commente Philippe Geyres. Les deux sociétés ont des laboratoires de recherche-développement installés à peu de distance les uns des autres. Elles sont en train de créer un laboratoire commun dans lequel les ingénieurs travailleront ensemble. La nouvelle équipe pourra " piocher " à loisir dans les ressources des deux groupes, notamment dans les autres laboratoires de recherche-développement, mais également dans les unités de production. Les deux sociétés visent les marchés de l'électronique grand public, dont le taux de croissance prévu pour les trois prochaines années est de 17 %. Elles comptent d'abord s'appuyer sur leurs marchés traditionnels : vidéo numérique et décodeurs, notamment pour SGS-Thomson ; jeux vidéo, caméras numériques, assistants personnels pour Hitachi. La deuxième étape consistera à se développer sur les marchés émergents, au risque de se retrouver concurrents. Les performances prévues pour ces puces les placent résolument dans le haut de gamme, avec une vitesse d'horloge de 500 Mégahertz et une puissance de traitement de 1 000 Mips (millions d'instructions par seconde). SGS-Thomson trouve dans cet accord un bonus, en l'occurrence l'accès à l'architecture SH 32 bits, qui viendra grandir la famille des ses puces et lui donnera l'oxygène pour attendre la prochaine génération. " Notre accord se limite aujourd'hui au développement d'un coeur commun, constate Philippe Geyres. Mais, à l'avenir, nous irons sans doute plus loin. " Un SH-6/ST60 est d'ores et déjà dans les cartons.



Les deux partenaires

Hitachi


47,7 milliards de francs de chiffre d'affaires dans les semi-conducteurs en 1996.

Cinquième fournisseur mondial de puces électroniques.

SGS-Thomson

24,7 milliards de francs de chiffre d'affaires en 1996.

Dixième fournisseur mondial de puces électroniques.

L'Objectif

Créer un coeur de microprocesseur 64 bits pour répondre plus vite aux marchés de l'électronique grand public.

USINE NOUVELLE N°2622

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte