Hitachi accepte de reprendre la part d'Elliott dans Ansaldo STS

MILAN (Reuters) - Hitachi a accepté de racheter la part du fonds Elliott au capital d'Ansaldo STS, ce qui met fin à une querelle sur le contrôle du groupe italien de signalisation ferroviaire.
Partager
Hitachi accepte de reprendre la part d'Elliott dans Ansaldo STS
Hitachi a accepté de racheter la part du fonds Elliott au capital d'Ansaldo STS, ce qui met fin à une querelle sur le contrôle du groupe italien de signalisation ferroviaire. /Photo d'archives/REUTERS/Toru Hanai

Le conglomérat japonais pourrait consacrer jusqu'à 1,25 milliard d'euros pour devenir le seul propriétaire d'Ansaldo STS, qui pourrait selon lui jouer un rôle de premier plan dans le développement de son activité ferroviaire, y compris par des acquisitions.

Hitachi et des fonds d'investissement conduits par Elliott se querellaient à propos d'Ansaldo STS depuis que le groupe japonais y avait pris une part majoritaire en 2015. Elliott se plaignait du prix payé par Hitachi comme de la stratégie et de la gouvernance d'Ansaldo.

Selon les termes de l'accord annoncé lundi, Hitachi payera une prime de 9,5% pour racheter les 31,79% d'Elliott dans Ansaldo STS, ce qui lui coûtera autour de 807,6 millions d'euros. Il lancera ensuite une offre sur le reste de la société italienne et la sortira de la cote.

Hitachi versera à Elliott 12,70 euros par action rachetée. L'offre sur les minoritaires sera faite au même prix.

Le titre Ansaldo STS a fait un bond de plus de 9% en réaction à cette nouvelle, ce qui l'a porté à un plus haut de séance à 12,68 euros, quasiment au prix de l'offre.

Le fonds activiste américain Elliott, présent au capital de nombreuses sociétés européennes et américaines, avait refusé en 2015 de céder sa part dans Ansaldo STS à Hitachi lors d'une précédente OPA, estimant le prix de 9,50 euros pièce alors proposé trop bas.

L'industrie ferroviaire a été bouleversée l'an dernier par l'annonce de la fusion d'Alstom avec la division spécialisée de Siemens, destinée à donner naissance à un champion franco-allemand capable de mieux affronter la concurrence du chinois CRRC et du canadien Bombardier Transportation.

(Francesca Landini, Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS