Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Hiolle veut développer son activité ferroviaire au Maroc, et plus encore...

Romain Lambic , ,

Publié le

La société Hiolle Industries, originaire du nord de la France veut étendre sa présence au Maroc dans le câblage ferroviaire. À partir d'une base existante, la société souhaite aussi développer de nouvelles activités dans l'énergie, la maintenance et lignes de traitement des déchets. L'entreprise compte recruter une vingtaine de salariés supplémentaires ces prochains mois.

Hiolle veut développer son activité ferroviaire au Maroc, et plus encore...
Véronique Hiolle, présidente du directoire de Hiolle Industries, va développer plusieurs activités au Maroc, en plus de câblage ferroviaire.

"Forts de notre expérience réussie dans notre atelier de câblage, nous lançons l’ensemble des activités du groupe au Maroc", a annoncé en grande pompe Véronique Hiolle, présidente du directoire de Hiolle Industries, début juin.

Depuis 2005, Hiolle Industries, groupe basé à Valenciennes (Nord) et coté à la bourse de Paris, possède un atelier de fabrication à Casablanca, dans lequel il gère une activité de câblage ferroviaire. Une joint-venture dont 50% du capital était détenu par d’autres partenaires industriels franco-marocains.

Hiolle Industries, un groupe en bonne santé

Société anonyme à directoire, fondée en 1982 et basée aujourd'hui à Prouvy, près de Valenciennes (Nord). Dirigée par Véronique Hiolle depuis 2010, l'entreprise se divise en trois pôles majeurs : services et environnement, ferroviaire et transports propres, énergies. Le groupe industriel familial, coté à la bourse de Paris, réalise un chiffre d'affaires en 2014 de 69,9 millions d'euros (+2,72% par rapport à 2013), pour un résultat net d'1,29 million d'euros (+87,3% par rapport à 2013). Le groupe possède un capital propre de 25,07 millions d'euros pour une dette faible, de 6,8 millions d'euros.

"Notre atelier marocain ne travaillait que pour nos marchés en France mais à moindre coût de main-d'œuvre", explique Véronique Hiolle, présidente du directoire de l'entreprise. Cette activité a permis à l'industrie familiale de "rester compétitive et de continuer à obtenir des marchés de câblage ferroviaire en France."

Sur le marché français, Hiolle Industries avait notamment gagné un contrat de 12 millions d'euros avec le constructeur ferroviaire Bombardier en 2014, pour le câblage de ses équipements roulants.

Un capital d'un million de dirhams

Pour amplifier ses activités au Maroc, la société a racheté la part de ses associés pour créer Hiolle Industries Maroc. Le quart de son capital, qui s'élève à 1 million de dirhams (1 000 dirhams = 92 euros), a été revendu à l'homme d'affaire marocain Yassin Biaz. Celui-ci épaule l'entreprise nordiste dans les démarches administratives, sociales et juridiques. L'industriel compte déjà une centaine de salariés et prévoit un investissement dans la production d'une centaine de milliers d'euros.

Sous sa nouvelle dénomination, la société compte notamment développer son activité de câblage ferroviaire pour le royaume, qui s'équipe en tramway et trains, y compris à grande vitesse.

L'industriel veut aussi développer d'autres activités, en plus de la maintenance des matériels roulants et du service après-vente dans le secteur ferroviaire. Dans le domaine de l’environnement, Hiolle Industries Maroc compte se lancer dans l’ingénierie conseil pour le traitement des eaux usées et les réseaux d’assainissement. Elle cible aussi la conception, la fabrication et l’installation de lignes de traitement de déchets.

Investir le marché du traitement des déchets

Sur ce marché, "nous avons répondu à un appel d'offre pour la mairie de Meknès" pour la création d'une ligne pour traiter les déchets de la déchetterie communale, précise Véronique Hiolle, qui espère une commande de la part de la ville.

La présidente du directoire prévoit de recruter 20 à 30% de personnel en plus dans les mois à venir, dont des technico-commerciaux et des responsables de production. "Nos investissements vont être dans un premier temps basés sur les personnes", affirme-t-elle, en ajoutant que, "en tant que société de services, le savoir-faire est avant tout humain."

Pour former les salariés déjà présents, Hiolle Industries va envoyer au Maroc "des techniciens et des encadrants techniques venus de France pour assurer le transfert de compétence", assure Véronique Hiolle.

"Nos plans de développement misent sur une croissance à deux chiffres sur plusieurs années", espère-t-elle.

Romain Lambic

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle