Hewlett Packard Entreprise poursuit ses emplettes dans le cloud en rachetant Cloud Cruiser

L’équipementier informatique américain Hewlett Packard Entreprise poursuit ses acquisitions ciblées en mettant la main sur la pépite californienne Cloud Cruiser. Une opération qui conforte son ancrage dans la gestion du cloud.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Hewlett Packard Entreprise poursuit ses emplettes dans le cloud en rachetant Cloud Cruiser
Meg Whitman, PDG de HPE, multiplie les petites acquisitions

Encore une acquisition ciblée pour Hewlett Packard Entreprise (HPE). L’équipementier informatique américain, né de la scission en novembre 2015 de HP, vient de mettre la main sur la pépite californienne Cloud Cruiser. Le montant de la transaction n’est pas dévoilé. C’est sa deuxième prise dans le cloud après le rachat de SimpliVity, un éditeur américain de solutions de simplification des datacenters, et sa troisième acquisition après le rachat aussi du constructeur yankee de supercalculateurs Silicon Graphics Inc.

Solutions d'analyse des usages du cloud

Fondée en 2010 à San Jose, en Californie, Cloud Cruiser édite des logiciels d’analyse des usages dans le cloud privé, public et hybride dans l’objectif d’aider les entreprises à optimiser leur infrastructure cloud et à réduire les coûts. La start-up offre ses solutions sous la forme de service cloud (SaaS pour Software as a service et PaaS pour Platform as a service). Ses services sont compatibles avec les cloud de Microsoft, Amazon Web Services, Cisco ou encore Rackspace. Parmi ses clients figurent l’entreprise américaine de services de numérique Accenture, l’opérateur télécoms néerlandais KPN et la banque canadienne TD Bank.

Rôle de plombier du cloud

HPE intègre déjà les solutions de Cloud Cruiser dans ses offres de gestion de cloud privés, publics et hybrides pour le compte de ses clients. En l’absorbant, il veut pousser plus loin l’intégration et conforter son positionnement de facilitateur du passage au cloud. En octobre 2015, le groupe, dirigé par Meg Whitman, a jeté l’éponge dans le cloud public d’infrastructure à la manière d’Amazon Web Services, pour se concentrer sur son rôle de « plombier du cloud », se contentant d’aider ses clients à construire et gérer leurs cloud. Quitte à faire à appel à des prestataires de cloud public comme Amazon Web Services, Microsoft ou Google.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS