Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Heureux comme un apiculteur start-upper en Lettonie

Franck Stassi , ,

Publié le

Reportage A 160 kilomètres de Riga, un jeune apiculteur développe son exploitation en mode start-up. Il souhaite développer rapidement son activité.

Heureux comme un apiculteur start-upper en Lettonie

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Il faut s’enfoncer dans la campagne lettonne, à 160 kilomètres de la capitale Riga, "où le coût de la vie est très élevé", pour découvrir une autre facette du développement des pays de l’ex-URSS. Alors que les services représentent 75% du produit intérieur brut de la Lettonie, Krists Eberlins, un jeune ingénieur agricole âgé de 28 ans, a choisi en 2011 de reconvertir un ancien kolkhoze, une ferme collective de l’époque soviétique, alors à l’abandon, pour y développer une activité de production de miel et de produits à base de miel (pour les saunas et sous forme de bougies), "en mode from scratch", dit-il dans le langage des créateurs de start-up. La ferme de son grand-père est située dans le même village, où il a grandi et au sein duquel ses parents vivent toujours. 

Pour dynamiser la localité, Krists Eberlins a choisi de communiquer massivement sur son projet à travers un site internet, une présence sur les réseaux sociaux avec notamment une page Facebook sur laquelle il présente sa démarche, et l’accueil de 180 personnes par an pour être formées à la production de miel et sensibilisées à l’importance des abeilles dans l’écosystème agricole. Les grandes parcelles céréalières qui entourent son entreprise ne sont, à cet effet, pas pour lui déplaire. 300 colonies d’abeilles réparties dans les alentours produisent près de neuf tonnes de miel par an, pour un investissement total de 200 000 euros depuis la création de l’activité.

Un démarrage subventionné

Même s’il ne déroge en rien aux codes de sa génération – smartphone dernier cri, anglais fluent – Krists Eberlins ne semble toutefois pas pressé de se convertir à l’agriculture biologique. "L’apiculture est une activité traditionnelle qui exige une forte technicité. Elle requiert davantage de moyens, les critères pour être éligible sont très complexes, et les financements manquent", souligne-t-il. Pour autant, bien qu’elle souhaite promouvoir ce type d’agriculture, la Commission européenne lui a versé il y a six ans, dans le cadre du programme "Leader" (Liaison entre action de l’économie rurale), 9000 euros afin de moderniser les équipements existants, accroître le nombre de ruches, et être en mesure d’exporter ses produits, ce qu’il fait aujourd’hui. Il souhaite d’ailleurs poursuivre dans cette voie.

"L’Union européenne a investi 1,7 milliard de dollars dans l’agriculture lettonne en l’espace de sept ans. L’exemple de Krists prouve qu’il est possible de commencer à une échelle modeste, d’élargir sa communauté et d’exporter, d’où l’intérêt du projet lorsqu’il nous a été présenté", précise le correspondant letton de la Commission européenne pour les investissements, Martins Zemitis. Krists Eberlins bénéficie aussi d’aides du gouvernement letton accordées aux agriculteurs. Il souhaite, à terme, créer de l’emploi et, en attendant, s’appuie sur les visites régulières de son frère, ingénieur en génie électrique, qui effectue plusieurs fois par semaine le trajet depuis Riga afin de gagner en pouvoir d’achat. Pas question, toutefois, d’accorder un blanc-seing à Bruxelles : "les fonds européens induisent des problèmes de concurrence, et font augmenter le prix des terres", regrette-t-il.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle