Heuliez repris par BGI, ConEnergy et Kohl

Le tribunal de commerce de Niort a tranché.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Heuliez repris par BGI, ConEnergy et Kohl

Clap de fin dans le dossier Heuliez. C’est finalement le groupe BGI qui reprend l’équipementier et constructeur automobile des Deux-Sèvres. Ils étaient encore deux candidats en lice pour la reprise du groupe : l’alliance entre Baelen Gaillard Industrie BGI et l’allemand ConEnergy associé au groupe Kohl, et le fonds d’investissement malaisien Delamore and Owl Companies.

C’est finalement le premier qui l’a emporté. Hasard ou coïncidence, François de Gaillard à la tête de BGI n’est autre qu’un ancien de chez Heuliez. Le trio apporte ainsi 13,1 millions d’euros à Heuliez. L’allemand ConEnergy s’intéressera directement à la branche véhicules électriques d’Heuliez, BGI s'occupant du reste. Heuliez envisage depuis longtemps de produire une voiture propre, dénommée Mia dans son usine de Cerizay. La nouvelle société prend d'ailleurs le nom de ce véhicule. Cette décision permet de sauver ainsi 481 emplois dans l'usine. Pour les autres, l'Etat s'engage à financer un accompagnement renforcé (maintien de 90% de leur rémunération nette pendant un an). BGI s'est aussi engagé à reprendre 80 salariés dans les quinze prochains mois.

Plus de dix millions d'euros de l'Etat

Financièrement parlant, ce dernier apportera dix millions d’euros minimum, selon l’annonce du ministre de l’Industrie Christian Estrosi le 30 juin sur Europe 1. Cette somme devrait être issue à la fois « de primes vertes, destinées aux véhicules électriques, de primes à l’aménagement du territoire et sans doute d’une participation du FSI », a expliqué le ministre. Reste que l’implication du FSI n’est certaine. « Il considérera les demandes de la société Heuliez, si elle en fait la demande elle-même. Notre précédente offre n’est plus d’actualité, car les conditions ont changé », a commenté le fonds. L’entreprise a déjà bénéficié de cinq millions d’euros de la part de la région Poitou-Charentes.

« C’est un des plus beaux jours de ma vie », a commenté Ségolène Royal, présidente de la région. Reste que du côté des salariés, on attend de voir, comme le souligne le délégué CFDT Claude Point : « L’ère Heuliez s’arrête, l’ère Petiet s’arrête également. Mais tout reste à faire »





VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

%%HORSTEXTE:%%

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS