Heuliez : le FSI attend le cash de BKC

Lors de la conférence bilan du FSI ce matin, son directeur Gilles Michel a affirmé qu'il verserait l'argent promis à Heuliez dès que le repreneur, Louis Petiet, aura versé sa quote part. Lequel BKC connaît quelques soucis avec d'autres sociétés par lui reprises.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Heuliez : le FSI attend le cash de BKC

Interrogé à propos de la position du Fonds stratégique d'investissement (FSI) sur Heuliez, son directeur Gille Michel a été très clair, « dès que l'argent promis aura été débloqué, nous débloquerons le notre en complément pour participer au capital de cette entreprise. »

BKC par la voix de son PDG Louis Petiet avait une première fois promis de verser les 16 millions d'euros prévus le 17 décembre. Ce qui n'a pas été fait. BKC avait alors reporté son apport au mois de janvier.

Las. A la date promise, Louis Petiet annonce avoir la somme promise sous forme de créance. « Ce qui nous intéresse ce n'est pas qu'on apporte du papier. Une créance, c'est du papier. Avec du papier on ne paye pas les fournisseurs, on ne paye pas les salariés », détaille Gilles Michel qui poursuit, « Ce qui nous intéresse, c'est qu'on apporte de l'argent. Si la créance est effectivement liquéfiable, liquéfions la. » L'apport de BKC conditionne le déblocage par le FSI de son propre apport de 10 millions d'euros. A ce jour, seule la région Poitou-Charente a débloqué 5 millions d'euros pour financer la reprise d'Heuliez. Reste que Gilles Michel affirme croire au potentiel de développement de véhicules électriques.

Une mauvaise nouvelle n'arrivant jamais seule, la justice s'intéresse de près à trois des sociétés reprises par BKC : DMC, SAIC Velcorex et Isotherma. Si DMC retrouve une santé financière normale, une partie des capitaux promis par le repreneur n'aurait pas été apportée. A contrario, la filiale de DMC, SAI Velcorex, est convoquée au tribunal de commerce de Mulhouse pour évoquer des problèmes de trésorerie.

Tout comme la société spécialisé dans les travaux de désamiantage, Isotherma : le tribunal de commerce du Havre doit aujourd'hui se prononcer sur un éventuel plan de licenciement, en conséquence du déménagement siège social en région parisienne.

La tension chez les salariés de ces différentes sociétés risque de monter d'un cran...

A lire aussi:
Heuliez est sauvé dixit Ségolène Royal

%%HORSTEXTE:%%

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DMC
ARTICLES LES PLUS LUS