Heuliez est sauvé, dixit Ségolène Royal

L’assemblée générale extraordinaire des actionnaires d’Heuliez a validé hier l’augmentation de capital nécessaire à la survie du fabricant. Louis Petiet de Bernard Krief Consulting a promis qu’il apporterait les 16 millions d’euros promis d’ici au 17 décembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Heuliez est sauvé, dixit Ségolène Royal

Après de nombreux doutes sur le financement d’Heuliez par son principal repreneur, Bernard Krief Consulting, l’assemblée générale qui s’est tenue en présence de Ségolène Royale, a validé l’augmentation de capital nécessaire à la pérennité de l’entreprise. Cette validation a été obtenue après que Louis Petiet, le président de BKC, se soit engagé par écrit à verser les 16 millions promis d’ici au 17 décembre.

A l’issue de l’assemblée générale, Ségolène Royale, la présidente du Poitou-Charente, région où est implanté Heuliez, s’est félicitée du sauvetage de l’entreprise et en a profité pour tâcler le ministère de l’Industrie et Jean-Pierre Raffarin : "Il faut maintenant que les tergiversations du ministère de l'Industrie cessent. Il faut aussi que Jean-Pierre Raffarin se taise, et arrête de dénigrer l'entreprise". Pour mémoire, le sénateur de la Vienne avait déclaré à nos confrères de laNouvelle République , que « Le véhicule électrique ne marchera pas car les constructeurs ne sont pas intéressés. C'est une gestion populiste et médiatique du dossier [d’Heuliez] ».

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une déclaration malheureuse en période de campagne électorale pour les régionales. Dominique Bussereau, candidat aux régionales contre Ségolène Royale, a sans doute apprécié.

Dans le dossier de reprise, le financement de l’entreprise qui emploie 600 personnes comprend un apport des cinq millions d’euros de la région et 10 millions d’eurio versés par le FSI. Des versements conditionnés par l’injection des 16 millions d’euros par BKC dans le capital d’Heuliez. Lundi, le FSI s’inquiétait du silence de BKC sur les capacités à verser les financements promis, de l’absence de « business plan » et émis des doutes sur la gouvernance de l’entreprise. Mardi, le ministère de l’Industrie avait émis par voie de communiqué des doutes sur la crédibilité des financements de BKC et mis la pression sur Louis Petiet. « Le ministre estime qu’un investissement du FSI (Fonds stratégique d’investissement), dans l’état actuel de grande imprécision des informations données par BKC, ne saurait ni respecter le bon usage des deniers publics, ni servir les intérêts d’Heuliez et de ses salariés ».

Lesquels salariés doivent pousser un « ouf »de soulagement après ces rebondissements.

%%HORSTEXTE:%%

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS