Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Hermès : le nouveau gérant veut développer textile et mode homme

, , ,

Publié le

Axel Dumas, qui vient de prendre la co-gérance d'Hermès International, entend poursuivre la stratégie de diversification du groupe au-delà des métiers du cuir en accélérant notamment le développement de la division soie et textile et celui du prêt-à-porter masculin.

Hermès : le nouveau gérant veut développer textile et mode homme © SimonQ???? - Flickr - c.c.

Issu de la sixième génération des héritiers de Thierry Hermès, Axel Dumas, 42 ans, va diriger un groupe qui a compté, ces dernières années, parmi les meilleures performances du secteur du luxe et qui a fait la preuve de sa résistance face aux aléas de l'économie mondiale.

En l'espace de neuf ans, sous la houlette de Patrick Thomas, les ventes ont été multipliées par plus de 2,5, grâce notamment au développement de la griffe en Asie-Pacifique, et la marge opérationnelle a atteint le record de 32,1%, contre 27% en 2004.

Aujourd'hui, Axel Dumas entend accélérer la montée en puissance de la division soie-textile (12% des ventes), celle des célèbres "carrés", et celle du prêt-à-porter masculin porté par une demande explosive.

"Il y a aussi beaucoup de potentiel dans ces métiers, mais aussi dans la bijouterie et la chaussure", a-t-il dit à la presse en marge de l'assemblée générale d'Hermès.

La maroquinerie, division phare du groupe, pèse encore pour 46% des ventes.

PRÉSERVER L'UNITÉ FAMILIALE

Axel Dumas a indiqué qu'il se fixait également comme priorité de sécuriser les savoir-faire pour "accompagner la croissance sans baisser la qualité des produits".

Hermès poursuivra donc sa stratégie de partenariats ou d'acquisitions, comme il l'a déjà fait dans les montres ou les tanneries.

"Il faudra aussi voir comment se développer, et à quel rythme, dans les nouveaux marchés du Moyen-Orient ou d'Asie du Sud-Est", a-t-il ajouté, évoquant également la nécessité de mener une réflexion sur le digital, où Hermès reste peu présent.

Le nouveau patron d'Hermès entend aussi préserver une "unité familiale déjà bien incarnée" dans la holding H51 qui sanctuarise la majorité du capital détenue par la famille, face au groupe de luxe LVMH qui en détient aujourd'hui 22,6%.

Cette unité a cependant été battue en brèche par le rapport de l'AMF, qui a révélé qu'une majorité des actions Hermès apportées en garantie aux banques pour le montage des "equity swaps" de LVMH avaient été cédées par Eric Frémond gestionnaire de fortune de Nicolas Puech, membre de la famille Hermès et qui détenait encore près de 6% du capital du groupe à la fin 2012.

Interrogé sur cette question, Patrick Thomas a déclaré que "personne n'a compris comment les swaps ont été couverts et par qui. L'AMF n'y voit pas clair et nous non plus".

Après deux ans d'enquête, l'AMF a estimé que LVMH avait bel et bien préparé une opération financière en montant au capital d'Hermès via des instruments financiers et qu'il aurait dû en informer le marché dès juin 2010.

L'AMF vient de requérir l'amende maximale de 10 millions d'euros à l'encontre de LVMH et la décision de la commission des sanctions est attendue d'ici le 31 juillet.

Axel Dumas prend la co-gérance du groupe aux côtés de Patrick Thomas jusqu'à ce que ce dernier quitte ses fonctions, fin 2013.

Avec Reuters (Pascale Denis)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle