Henri Proglio, un industriel proche de Nicolas Sarkozy

PARIS (Reuters) - Industriel confirmé, proche de Nicolas Sarkozy et en bon terme avec les syndicats, Henri Proglio, nommé prochainement par décret présidentiel à la tête d'EDF, avait dans son jeu les atouts majeurs pour prendre la direction de l'électricien français.

Partager

Ce poste est stratégique pour le développement en France et à l'étranger de la filière nucléaire, dont l'électricien a fait sa spécialité. Il est aussi très sensible sur le terrain social et politique car le nouveau patron d'EDF devra jongler avec le poids des syndicats et les demandes parfois contradictoires de l'État, à la fois régulateur et principal actionnaire du groupe, dont il détient près de 85%.

Afin de répondre à ces différents défis, la préférence de l'Elysée est allée à un capitaine d'industrie pour prendre les rênes de l'ancien monopole public qui pèse aujourd'hui près de 72 milliards d'euros en bourse.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Henri Proglio n'est pas un visionnaire, c'est un homme de terrain, un décideur, un entrepreneur", résume une source industrielle. "Et un homme de dialogue social."

Diplômé de l'école de commerce HEC, Henri Proglio, qui a fêté cet été ses 60 ans, a bâti jusqu'ici toute sa carrière au sein du groupe qui s'appelle aujourd'hui Veolia et où il est entré en 1973.

La société s'appelait alors la Compagnie générale des eaux (CGE), et Henri Proglio a contribué à transformer une entreprise très hexagonale en numéro un mondial du traitement de l'eau, avec une capitalisation boursière de 13 milliards d'euros et un chiffre d'affaires annuel de 36 milliards.

Entretemps, la CGE est devenue le groupe de médias Vivendi sous la présidence houleuse de Jean-Marie Messier. Les spécialistes du secteur n'ont pas oublié que durant cet épisode, Henri Proglio commence à faire parler de lui en résistant à la volonté de Jean-Marie Messier de démanteler l'activité eau historique pour financer ses rêves d'expansion dans les médias.

La branche eau est finalement scindée du reste de Vivendi et rebaptisée Veolia. Henri Proglio en devient P-DG en 2003.

"Il est profondément attaché au groupe", souligne une source de Veolia, ce qui explique peut-être dans un premier temps les apparentes hésitations à accepter la direction d'EDF.

DU FOUQUET'S À LA FÊTE DE L'HUMA

Henri Proglio s'était déjà vu proposer le poste en 2004, offre qu'il avait déclinée à l'époque. Certains observateurs avancent qu'il ne voulait pas quitter Veolia un an seulement après sa naissance, d'autres expliquent qu'Henri Proglio ne souhaitait pas non plus prendre le poste de son ami François Roussely, alors patron de l'électricien.

Nés en 1949 à Antibes (Alpes-Maritimes), Henri et son frère jumeau René - aujourd'hui à la tête de Morgan Stanley France - ont des origines modestes.

"Nos parents étaient marchands des quatre-saisons a Antibes", déclarait René Proglio en mars dernier au magazine l'Expansion. "Le concours d'entrée à HEC fut notre première expérience parisienne. Avec notre accent méridional, nous sortions tout droit d'un roman de Pagnol !"

Henri Proglio est veuf et père de deux enfants.

Il a fait de la formation une priorité de la politique sociale de Veolia. Créé en 1994, le campus Veolia Environnement accueille chaque année 610 apprentis et 14.000 stagiaires.

Il est aussi l'un des rares patrons du CAC 40 à s'être déplacé à la Fête de l'Humanité cette année, et un représentant de la CGT a dû récemment démentir des spéculations de presse selon lesquelles le syndicat appuyait sa candidature.

Ses bonnes relations avec les organisations syndicales se doublent de liens étroits avec l'establishment politique, forgés depuis 30 ans au fil des négociations des contrats avec les municipalités.

Ami de Jacques Chirac, il est aussi proche de son successeur à l'Elysée. Henri Proglio comptait ainsi parmi les invités sélectionnés pour le dîner au Fouquet's le soir de la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007.

Henri Proglio s'est efforcé récemment de restaurer la confiance des investisseurs après deux "profit warnings" de Veolia, des interrogations sur une dette croissante, un remaniement inattendu du management et une chute de 65% du cours de bourse en 2008.

La tâche n'est cependant pas toujours aisée. Dans une interview à Reuters en mars, il plaisantait en disant que ses efforts pour informer les analystes sur la stratégie du groupe lui donnaient parfois l'impression "d'évangéliser des sauvages".

"Il a fait beaucoup d'acquisitions et pas vraiment les cessions requises, pas le nettoyage qu'on aurait pu attendre", nuance une source du secteur, tout en ajoutant que justement, expansion internationale et désendettement constituent aussi deux grands défis pour EDF.

Avec la contribution de Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

0 Commentaire

Henri Proglio, un industriel proche de Nicolas Sarkozy

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS