Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Henri Proglio, PDG d'EdF: après les paroles, place aux actes

Ludovic Dupin ,

Publié le

Il faudra beaucoup d'énergie à Henri Proglio pour suivre le plan de route qu'il s'est imposé. A 60 ans, l'ex-patron de Veolia, devenu le PDG d'EdF, souhaite réorganiser la filière nucléaire française autour de son groupe. Une gageure, car EdF ne remplit plus au mieux son rôle de fournisseur d'électricité. L'homme se sent assez solide pour engager un bras de fer avec tous les champions tricolores du secteur. Le fiasco enregistré à Abu Dhabi pourrait lui servir. L'EPR, le réacteur d'Areva, n'a pas été choisi par l'émirat, car jugé trop cher. Avant même de prendre ses fonctions à la tête d'EdF, Henri Proglio avait regretté que l'offre française repose sur ce seul modèle.

Symbole de la méritocratie républicaine, Henri Proglio a longtemps cultivé ses réseaux à la Compagnie générale des eaux, dans l'ombre d'un PDG tutélaire, Guy Dejouany. Avec son frère jumeau, aujourd'hui banquier, le futur PDG de Veolia a appris à faire face aux aléas de la vie avec beaucoup de pugnacité. Jean-Marie Messier s'en souvient, lui qui transforma la Générale des eaux en Vivendi, mais ne réussit pas à écarter Henri Proglio de la tête des activités historiques du groupe. Quand l'un se montrait flamboyant, l'autre cultivait sa réserve et sa discrétion, sachant trouver auprès des plus hautes autorités de l'Etat les appuis décisifs pour conserver son indépendance et sa marge d'action.

Le patron d'EdF doit remettre en état son parc nucléaire, dont 18 des 58 réacteurs sont à l'arrêt. Et mener à bien le chantier de l'EPR à Flamanville (Manche), ralenti par mille vicissitudes. Optimiser son outil industriel et créer une équipe de France de l'atome demandera de lourds investissements, alors qu'EdF est déjà très endetté. Henri Proglio n'entend pas céder à un prix trop bas une partie de l'électricité d'origine nucléaire aux producteurs alternatifs. Le gouvernement, qui arbitrera, avec la loi en préparation sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité, le laissera-t-il augmenter ses tarifs, ce qui lui permettrait de desserrer sa contrainte budgétaire ? Pas sûr...

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle