HÉMOPHARMUN AUTOMATE MULTIFONCTIONAvec son automate de prélèvements Hémo-Matic, la société Hémopharm s'est imposée comme l'une des pionnières dans les technologies de tranfusion. En 1995, deux nouveaux appareils devraient apparaître sur le marché.

Partager

HÉMOPHARM

UN AUTOMATE MULTIFONCTION

Avec son automate de prélèvements Hémo-Matic, la société Hémopharm s'est imposée comme l'une des pionnières dans les technologies de tranfusion. En 1995, deux nouveaux appareils devraient apparaître sur le marché.



L'automate de prélèvements sanguins Hémo-Matic vient de recevoir le Trophée de

l'électronique 1994, décerné par le ministère de l'Industrie dans le cadre du programme Puce. Cette récompense vient s'ajouter aux nombreuses autres reçues tout au long de ces deux dernières années par la petite société de Gardanne (Bouches-du-Rhône). Créée en 1988 par un ancien cadre de Sanofi, Hémopharm a dès le départ fonctionné autour d'un concept nouveau: l'identification précise et automatique de chaque poche de sang. "Les constituants d'un médicament doivent être parfaitement repérables, explique le fondateur et P-DG, Alain Fillaud. Cela doit être exactement la même chose pour un prélèvement sanguin." Ce qui, à l'époque, n'était pas le cas. A cette notion de traçabilité informatique (un code à barres sur chaque poche) s'est ajoutée une autre innovation: peser et agiter simultanément le sang durant le prélèvement. A la fin des années80, la pratique la plus courante pour éviter la coagulation consistait encore à remuer manuellement la poche. Après trois ans de travail sur un prototype, Hémopharm vend son premier automate au centre de transfusion de Valence en 1990. Mais, depuis, l'appareil n'a cessé d'évoluer vers plus de fonctionnalités. Il en existe aujourd'hui quatre versions, dont une avec identification automatique d'hématocrite et d'hémoglobine. Deux mille Hémo-Matic ont déjà été vendus de par le monde, au prix de 15000francs h.t. L'appareil vient de recevoir l'agréement de la Food and Drug Administration américaine, et la PMI compte en profiter pour doper ses ventes à l'export: de 30% du chiffre d'affaires en 1994, essentiellement vers l'Europe de l'Ouest, les exportations devraient passer à 50% en 1995 et à 80% d'ici à 1997. Avec une nouvelle répartition géographique vers le continent américain et l'Asie du Sud-Est. Quant au chiffre d'affaires, de 12,5millions de francs en 1994 pour dix-huit employés, en hausse de 40% par rapport à 1993, il devrait continuer de s'accroître à un rythme soutenu. Mais, surtout, Hémopharm ne compte pas s'arrêter là dans sa politique d'innovation. Pour cette année, l'entreprise prévoit deux lancements d'appareils. Le premier concerne un nouveau concept de miniprélèvement, développé en grand secret. Ce "Scarificateur laser" permettra de prendre une goutte de sang au bout du doigt par un simple impact laser, c'est-à-dire sans l'intervention d'une aiguille. "Cet appareil sera particulièrement adapté aux pays en voie de développement qui ont besoin d'une meilleure hygiène et d'un coût moindre." Vendu aux alentours de 20000francs, cet appareil serait rentabilisé au bout de 200000impacts. Plusieurs pays du Moyen-Orient semblent aujourd'hui intéressés par le produit. En attendant que l'on puisse un jour étudier certains composants du sang par une simple analyse en surface...La deuxième nouveauté, l'Hémo-Press, est un appareil de prélèvement, de centrifugation et de séparation des différents composants du sang: globules rouges, globules blancs, plaquettes et plasma.

Ces composants sont simultanément pesés et tracés en code à barres. Vendu entre 50000 et 60000 francs, l'Hémo-Press sera disponible dans le courant de l'année. "L'intérêt, poursuit Alain Fillaud, c'est d'avoir une avance permanente au niveau technologique. En fait, je me considère comme un apporteur d'idées dans ce milieu." Et parmi ces idées pourrait se concrétiser à moyen terme celle d'appliquer le brevet agitation et pesée simultanées au monde industriel, notamment dans les cosmétiques, la pharmacie ou les peintures. Emmanuelle RIVOIRE



L'avis de l'expert

Alain Beaumont, responsable des prélèvements sanguins à La Pitié-Salpêtrière (Paris).

"L'Hémo- Matic intègre plusieurs paramètres: l'agitation, la pesée, le débit au niveau de la veine ou l'enregistrement des incidents. Sur ce point, cet appareil est totalement unique sur le marché français. Avec le système de code à barres, il crée un lien irremplaçable entre le donneur, la poche et le tube, ce qui est également unique. Le concept de l'Hémo-Matic est très novateur et très intéressant pour les praticiens. D'ici à la fin 1995, tous les centres de transfusion devront s'équiper d'appareils en conformité avec la nouvelle réglementation européenne. Et seulement deux appareils ont reçu

l'homologation: un appareil produit par le néerlandais NPBI et l'Hémo-Matic. A mon avis, ce dernier présente plus d'options de sécurité que son concurrent."

USINE NOUVELLE N°2495

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SANOFI
ARTICLES LES PLUS LUS