Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Hélène Pelosse, directrice générale de l'International Renewable Energy Agency: inventer une gouvernance plus efficace

,

Publié le

Il y a au moins une leçon à tirer de l'échec de Copenhague : les discussions à 192 nations sont... impossibles. « Il faut inventer une méthode de gouvernance plus efficace », tranche Hélène Pelosse, la directrice de l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena). La vocation de l'agence est justement d'agir comme un laboratoire des nouveaux modes de fonctionnement internationaux. 138 nations ont donné leur accord pour sa création, en janvier 2009. Et le quota de 25 nations l'ayant ratifié, nécessaire à son lancement, « sera atteint cette année », précise Hélène Pelosse.

Cette énarque, qui a commencé sa carrière à l'Inspection des finances, est familière des rouages internationaux. Elle a en effet été détachée au cabinet d'Angela Merkel durant la présidence allemande de l'Union européenne. Elle a ensuite été nommée directrice adjointe de cabinet de Jean-Louis Borloo, en charge des relations internationales. Aussi, pour que l'action de l'agence soit efficace, elle imagine d'organiser des groupes homogènes de travail de dix ou quinze nations, par thème d'intérêt commun. Pour les pays en développement : la création de cadres réglementaires, la gestion de la biomasse non commerciale ou l'intégration du solaire sur les territoires non électrifiés... L'Europe, la Chine et les Etats-Unis pourraient se retrouver sur le développement des réseaux pour intégrer le véhicule électrique.

« Il faudra aussi impliquer très en amont les chercheurs et les entreprises, et créer de nouvelles alliances public- privé », insiste la directrice. Le 17 janvier, le conseil d'administration de l'Irena se réunit pour arrêter le budget et le programme. Mais les actions ont déjà commencé : « Nous finançons en partie un programme dont l'objectif est de développer un kit solaire deux fois moins cher que ce qui existe sur le marché ». Défini par des laboratoires, le cahier des charges est diffusé à des entreprises. L'agence, dont le siège est basé à Abu Dhabi, participera au développement du prototype sélectionné.

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus