Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Heineken injecte 10 millions d’euros dans la brasserie de l’Espérance

, , , ,

Publié le

Alors que le site alsacien d’Heineken a récemment subi une réduction de son effectif, son directeur confirme des "investissements structurants" censés assurer sa pérennité.

Heineken injecte 10 millions d’euros dans la brasserie de l’Espérance
Brasserie de l'Espérance
© Heineken

Heineken Entreprise a confirmé et détaillé mercredi 26 mars les investissements qui avaient été annoncés au mois de septembre 2013 pour la brasserie de l’Espérance, située à Schiltigheim (Bas-Rhin).

Malgré la perte de 27 emplois au cours des derniers mois, en raison d’un transfert de volumes vers les deux autres brasseries françaises du groupe, Heineken injectera 10 millions d’euros au cours des trois prochaines années sur son site alsacien.

Selon les précisions fournies par le directeur de la brasserie, Stéphane Crépel, les chantiers porteront notamment sur l’augmentation de l’automatisation de la fabrication (3 millions d’euros), l’optimisation de la production de froid (2,5 millions d’euros) et l’installation d’une rinceuse sur la ligne de bouteilles en verre perdu, afin de pouvoir y remplir des bouteilles en verre consignées (1 million d’euros).

A ces "investissements structurants" s’ajoutent des dépenses programmées pour la mise sur le marché de nouveaux packagings et la mise aux normes des installations.

16 millions d’euros investis entre 2010 et 2013

Employant 193 salariés, la brasserie de l’Espérance affiche une production de 1,1 million d’hectolitres. Elle brasse trois des quatre "marques stratégiques" du groupe (Heineken, Pelforth, Desperados) et met en fûts la quatrième (Affligem). La bière Fischer, pour laquelle Heineken annonce une relance marketing et un élargissement de gamme, est également produite à Schiltigheim. Le site abrite en outre un centre de R&D qui emploie près de 40 salariés.

Les investissements réalisés sur la période 2010-2013, d’un montant de 16 millions d’euros, ont notamment permis de réduire de 23% la consommation totale d’énergie nécessaire pour produire un hectolitre de bière, a rappelé Stéphane Crépel.

Heineken Entreprise, filiale industrielle de Heineken France, a réalisé un chiffre d’affaires de 875 millions en 2013.

Thomas Calinon
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle