Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Heineken développe les capacités de production de ses trois sites en France

, , , ,

Publié le , mis à jour le 21/03/2018 À 14H26

Heineken, qui développe sa gamme sans alcool, accroît ses capacités de production à Mons-en-Barœul (Nord), Schiltigheim (Bas-Rhin) et Marseille (Bouches-du-Rhône). Le brasseur va investir 20 millions d’euros et embaucher une cinquantaine de personnes sur ces sites en 2018.

Heineken développe les capacités de production de ses trois sites en France
Heineken
© PtM 1985 - Flickr - C.C

Heineken France va investir 20 millions d’euros et recruter une cinquantaine de personnes sur ses trois sites de production en 2018. La filiale française du brasseur néerlandais va investir 8,3 millions d'euros à Mons-en-Barœul, près de Lille (Nord), 7,1 millions d'euros à Schiltigheim, près de Strasbourg (Bas-Rhin), et 4,8 millions d'euros à Marseille (Bouches-du-Rhône). 15 recrutements sont en cours à Mons-en-Barœul, 27 à Schiltigheim et 10 à Marseille.

La brasserie de Mons-en-Barœul, qui représente plus de la moitié de la production annuelle de bière du groupe, concentre l’essentiel des investissements. Comme celle de Marseille, elle disposera de nouveaux tanks de fermentation. Le site nordiste sera également doté de capacités supplémentaires de brassage et d’une nouvelle housseuse pour les palettes finies. Les trois sites bénéficieront de la modernisation de certains automatismes…

Depuis 2010, Heineken dit avoir investi plus de 120 millions d’euros dans ses trois brasseries, dont la production annuelle cumulée avoisine les 6 millions d’hectolitres. Bénéficiant du retour d’une croissance dynamique depuis quatre ans, le brasseur poursuit ces investissements pour développer la diversité de son offre dans le marché de la bière et dans le segment des produits sans alcool.
Pour ses marques historiques (Heineken, Pelforth, Affligem. Fischer), le brasseur a innové en termes de packaging, tout en étoffant le champ des boissons mixtes (Desperados, Lagunitas...). De nouvelles déclinaisons et marques inédites feront leur entrée sur les linéaires de la grande distribution cette année. Sur les cinq dernières années, le brasseur a produit 60 nouvelles références.

Bière : un marché en hausse

Seul groupe français à conjuguer production et distribution, Heineken France emploie plus de 4 000 personnes en France, dont environ 600 dans ses trois brasseries, près de 500 commerciaux de terrain et 2 800 salariés dans son réseau de distribution hors domicile France Boissons.

En 2017, le chiffre d’affaires d'Heineken Entreprise (hors France Boisson) s'élevait à 1 milliard d’euros. Après quatre années consécutives de croissance en France, Heineken profite d’un marché de la bière également en hausse. En 2017, le marché de la bière en France, tiré par la grande distribution, a progressé de 3,6 % en volume et 8,1 % en valeur. Sur l’année, les parts de marché (en volume) d’Heineken ont ainsi augmenté de près d’un point.

Mathieu Hébert

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus