Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

HeidelbergCement veut s'assurer du contrôle total de Ciments du Maroc sur un marché dominé par LafargeHolcim

, ,

Publié le

Le secteur des matérieux du BTP au Maroc se restructure sous l’effet des fusions-acquisitions mondiales. Dans le sillage de la fusion Lafarge-Holcim, le groupe HeidelbergCement veut racheter les 37,69% du capital de Ciments du Maroc qu’il ne détient pas encore pour cette entreprise valorisée environ 1,5 milliard d'euros. De plus en plus concentré le marché marocain du ciment progresse peu depuis trois ans.

HeidelbergCement veut s'assurer du contrôle total de Ciments du Maroc sur un marché dominé par LafargeHolcim
Usine Ciments du Maroc
© cimentsdumaroc.com

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

La filiale française de l’Allemand HeidelbergCement, quatrième producteur mondial de ciment, possède déjà, indirectement, 62,31% de Ciments du Maroc depuis le rachat de 45% de l’Italien Italcementi, son actionnaire majoritaire.

Il veut à présent acquérir le reste du capital du deuxième opérateur marocain du ciment côté à la la bourse de Casablanca où sa capitalisation atteint 16,6 milliards de dirhams (1 000 dirhams = 91,4 euros). Il lancera du 29 août au 6 septembre , une offre publique d’achat  sur les 37,69% qui lui manque.
En cause, les actions détenues par la CIMR, FIPAR Holding, du Fonds Abou Dhabi et des petits actionnaires. S’il parvient à ses fins, le groupe pourrait dépenser plus de 6 milliards de dirhams.

Cette opération coûteuse n’apportera en fait aucun contrôle supplémentaire à HeidelbergCement. Pourquoi, dans ce cas, racheter la totalité des actions ? HeidelbergCement prévoit-il de retirer Ciments du Maroc de la bourse ? Vraisemblablement non. « L'objectif de l’Initiateur est de maintenir une base d’investisseurs composée aussi bien d’investisseurs institutionnels marocains et internationaux de premier plan que d’investisseurs individuels. Ciments du Maroc pourra ainsi continuer d’être proche de ses actionnaires et de partager ses perspectives d'avenir avec eux », indique paradoxalement Ciments du Maroc dans sa note d’information sur l’OPA.

Ce rachat intervient seulement quelques mois après la fusion au Maroc des leaders mondiaux Lafarge et Holcim déclenchée en mars. Ensemble, leur part de marché, écrasante, s’élève dans le royaume, à 55%, contre 24% pour Ciments du Maroc. Le numéro deux a produit en 2015 3,4 millions de tonnes pour une capacité de production de 4,6 millions par an avec 3 cimenteries, un broyeur à quoi s'ajoutent 22 centrales à béton. Le troisième opérateur plus modeste étant le conglomérat marocain d'Anas Sefrioui

Si les cimenteries de Ciments du Maroc sont sous utilisées, la situation est pire pour son grand concurrent. Le taux d’utilisation des capacités de production de LafargeHocim est de seulement 67%. En cause notamment, la décision d’Holcim de doubler la capacité de sa cimenterie de Fès juste au moment où la conjoncture du secteur du BTP s’est retournée.

"La conjoncture dans la construction demeure difficile"

Alors qu’entre 2004 et 2010, la consommation de ciment croissait au Maroc de 6,8% en moyenne par an, cette progression s’est réduite entre 2011 et 2015 de 3% en moyenne annuelle sous l'effet d'un ralentissement du BTP. « En 2015, le secteur a connu une légère augmentation de 1,4%. Celle-ci n’augure cependant pas une réelle reprise du marché. La conjoncture économique dans le secteur de la construction demeure difficile, marquée par le recul de l’auto-construction, la baisse des projets immobiliers suite aux difficultés de commercialisation des logements sociaux et du moyen standing, et le retard dans l’exécution des marches publics », estime Ciments du Maroc dans sa note d’information.

L'année 2016 s’annonce meilleure, mais le numéro deux marocain reste encore circonspect : « la consommation de ciment s’est élevée à 3,7 MT à fin mars 2016, en hausse de 5,9% par rapport à la même période de l’année précédente. Cette hausse s’explique principalement par la faible pluviométrie de cet hiver ayant permis une réduction des temps d’arrêt des chantiers », écrit-il. Pour faire face aux difficultés de leur secteur, les producteurs ont commencé à exporter une partie de leur production de clinker (le ciment avant broyage). Alors que les exportations de clinker s’élevaient à 45 000 tonnes en 2011, elles se sont montées à 1,4 million de tonnes en 2015.

Le marché marocain demeure toutefois très rentable  En 2015, Ciments du Maroc a pour 3,73 milliards de dirhams de chiffre d'affaires (+8,5%) enregistré un profit net en hausse de 34,5% à 1,093 milliard de dirhams, soit une marge nette de 29,3%.

Julie Chaudier, à Casablanca

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle