Hécatombe sur le front de l'emploi : plus de 600 000 chômeurs attendus en 2009

L'Unedic table désormais sur 591 000 destructions de postes cette année et 639 000 chômeurs de plus, toutes catégories confondues. La seule journée du mardi 26 mai a connu une rafale de plans sociaux, de Good Year à ABB en passant par Altis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Hécatombe sur le front de l'emploi : plus de 600 000 chômeurs attendus en 2009
Noires prévisions. L'Unedic, qui gère l'assurance-chômage, a révisé à la hausse ses chiffres en fonction des nouvelles estimations de croissance du gouvernement. Ainsi, dans l'hypothèse d'un recul de 3% du produit intérieur brut en 2009, la France perdrait 591 000 postes après déjà moins 67 000 en 2008. Cette dégradation de l'emploi salarié devrait entraîner mécaniquement une aggravation du chômage. Le nombre de demandeurs d'emplois en catégorie A devrait augmenter de 595 000 pour atteindre 2,8 millions à la fin 2009. Toutes catégories confondues, incluant les demandeurs ayant une activité réduite et les seniors dispensés de recherche d'emploi, le nombre de chômeurs augmenterait de 693 000 pour un total de 4,2 millions.

Et il n'y aura guère d'amélioration à attendre en 2010. Avec une croissance prévue de 0,5%, l'économie devrait encore détruire près de 133 000 postes et faire 137 000 chômeurs supplémentaires (A, B, C). Au total, entre 2008 et 2010, l'Unedic table sur 921 000 demandeurs d'emploi de plus (cat A).

Pour autant ces prévisions, déjà bien sombres, pourraient s'avérer en-deçà de la réalité. L'ex-directeur de l'Unedic, Jean-Pierre Revoil a annoncé récemment que le recul de l'activité devrait engendrer 900 000 chômeurs supplémentaires pour la seule année 2009 !

2 377 suppressions de postes en un jour

Ces chiffres désastreux ont été publiés hier soir, en point d'orgue d'une journée marquée par une cascade de plans sociaux. Le fabricant américain de pneus Goodyear-Dunlop a annoncé la suppression de 820 postes sur le site d'Amiens (Somme) en Picardie, région déjà frappée la fermeture programmée de l'usine Continental à Clairoix (Oise).

Mardi encore, la direction du site de composants électroniques Altis Semi-Conductor à Corbeil-Essonnes a annoncé de son côté la suppression de 400 emplois sur 1 500. Le même jour encore, le tribunal de commerce de Paris prononce la liquidation judiciaire du grossiste alimentaire EDA : 617 suppressions de postes sont validées sur le territoire national, seuls 97 emplois sont sauvés grâce à l'offre de reprise d'un concurrent. Enfin, le groupe d'ingéniérie helvético-suédois ABB pourrait réduire ses effectifs de 20% en France soit 540 postes sur un total de 2 500, selon des sources syndicales.

Carmela Riposa

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS