Hauts-fourneaux de Florange : Montebourg gagne du temps

L’intervention du ministre du Redressement productif  en mairie de Florange n’a pas apporté de réponse quant à l’avenir des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal, dont l’arrêt définitif risque d’être annoncé lundi en comité central d’entreprise.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Hauts-fourneaux de Florange : Montebourg gagne du temps

Massés par centaines sous une pluie battante, quelque 300 salariés et soutiens d’ArcelorMittal ont longuement attendu les déclarations d’Arnaud Montebourg venu faire le point, jeudi 26 septembre, sur l’avenir de leur site en mairie de Florange (Moselle). Les propos du ministre du Redressement productif n’ont guère répondu à leurs attentes.

"De toute évidence, ArcelorMittal ne souhaite pas redémarrer les hauts-fourneaux de Florange. Le cas échéant, il lui reviendra la lourde responsabilité de l’annoncer lors du comité central d’entreprise de lundi prochain", a indiqué Arnaud Montebourg, tout en rappelant le bras de fer qui oppose le gouvernement au sidérurgiste depuis août dernier. Les négociations se sont poursuivies jusqu’au bureau de François Hollande, qui a reçu Lakshmi Mittal à l’Elysée en début d’après-midi. Mais la partie semble loin d’être gagnée.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le gouvernement entend laisser le choix à Mittal entre investir sur l’ensemble du site en consacrant quelque 150 millions d’euros à la rénovation de l’ensemble des installations de la filière froide ou céder Florange pour l’euro symbolique. Les pouvoirs publics se chargeraient alors de le céder à un investisseur susceptible d’assurer une reprise pérenne. "Le projet de loi est écrit, achevé et prêt à être discuté", a affirmé le ministre.

En dépit de son ton offensif, le discours n’a guère convaincu les salariés, qui l’ont hué à plusieurs reprises. Les syndicats ont également fait part de leur déception, soupçonnant le ministre de les « enfumer » pour gagner du temps.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS