Hausse de plus de 26% des ventes de voitures au Japon en 2012

Les ventes de véhicules neufs ont bondi de 26,3% au Japon entre 2011 et 2012. Un chiffre qui s'explique par une base de comparaison favorable. L'année 2011 avait en effet été marquée par le tsunami et l'accident nucléaire à la centrale de Fukushima. Le marché retrouve son niveau de 2010.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Hausse de plus de 26% des ventes de voitures au Japon en 2012

Les ventes de véhicules neufs ont redémmaré l'année dernière au Japon. Après une année 2011 marquée par le séisme, le tsunami et la catastrophe de la centrale de Fukushima, 3,01 millions de voitures de tourisme de plus de 660cc ont été écoulées au pays du soleil levant, ce qui représente une hausse de 26,3%, a annoncé lundi 7 janvier l'association nipponne des concessionnaires automobiles.

Grâce à un programme de subventions étatiques réactivé en décembre 2011 jusqu'en août 2012, 3,39 millions de véhicules motorisés (voitures de tourisme, bus et camions) ont été vendus dans l'archipel et ce malgré un repli de 3,4% constaté au mois de décembre. Au total, ce sont quelque 5,37 millions de véhicules à quatre roues de tous types et gabarits qui ont été achetés dans l'archipel en 2012, soit une progression de 27,5% sur un an.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En 2011, les ventes hors mini-modèles s'étaient effondrées de 16,7% par rapport à l'année précédente. Avec cette reprise constatée en 2012, les ventes de ces véhicules retrouvent leur niveau de 2010, à l'époque 3,23 millions d'unités.

Le recul des ventes en Chine déploré par les constructeurs nippons

De leur côté, les constructeurs japonais ont également déploré ce lundi le repli de leurs ventes en Chine : -4,9% pour Toyota à 840 000 unités, -5,3% pour Nissan à 1,18 millon de véhicules et -3,1% pour Honda à 598 000 exemplaires. Ce recul s'explique notamment par la vague nationaliste suite au conflit opposant Tokyo et Pékin à propos des îles Senkaku, qui avait par exemple contraint Toyota à suspendre pour une semaine la production de sa plus grande usine chinoise.

La revendication de ces îles par la Chine avait provoqué d'importantes manifestations antijaponaises à la mi-septembre, au cours desquelles des automobiles de marques japonaises ont été abîmées ou carrément détruites. Depuis, ces voitures se vendent beaucoup moins bien en Chine à cause de mouvements de boycott ou bien parce que les acheteurs potentiels craignent qu'un véhicule nippon ne soit facilement pris pour cible.

Julien Bonnet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS