Guy Degrenne investit sur son site historique de Vire

Guy Degrenne investit 6 millions d’euros dont 4 millions dans son usine et son siège social de Vire (Calvados) pour accroître sa capacité de production du bol en inox du robot ménager de l’allemand Vorwerk. L’industriel se sent des ailes depuis l’arrivée d’un nouvel actionnaire - la société Diversita, propriété de Philippe Spruch - qui vient de renforcer les fonds propres de l’entreprise à hauteur de 20 millions d’euros.

Partager
Guy Degrenne investit sur son site historique de Vire

Guy Degrenne investit 6 millions d’euros dans son développement industriel dont 4 millions à Vire (Calvados), où sont situés son siège social et son usine historique spécialisée dans le travail de l’inox, les deux employant 390 salariés.

Le spécialiste des arts de la table à la française a investi 2 millions d’euros dans la robotisation de la chaîne de production de Vire qui réalise le bol en inox du robot ménager Thermomix du fabricant allemand Vorwerk. "Pour accompagner le développement des ventes du Thermomix, nous avons augmenté de 50 % notre capacité de production, en accroissant la robotisation de cette chaine. Elle comprend 18 robots d’un bout à l’autre", a expliqué Thierry Villotte, président du directoire de Guy Degrenne à usinenouvelle.com.

Sur le plan technologique, le point le plus pointu du process est la soudure laser sans apport de matière. Concrètement, un premier rayon laser fait des mesures qui permettent de guider un deuxième rayon laser. Celui-ci fait fondre très légèrement l'inox du bol pour souder le bol à une pièce ronde en inox qui supporte les résistances chauffantes du bol. "La difficulté vient du fait que l'inox est une matière réfléchissante, qui dévie la trajectoire du rayon laser", précise Thierry Villotte.

Les couverts en inox pour la "business class" d’Air France

Guy Degrenne a en outre investi 4 millions d’euros dans ses deux usines qui vont travailler pour Air France. Le groupe a en effet décroché un contrat qui représente 15 millions d’euros sur cinq ans. Les couverts et produits de service en inox (plats, pots, seaux à champagne…) destinés à la classe affaires seront fabriqués à Vire qui va bénéficier d’un investissement de 2 millions d’euros. Les produits de vaisselle en porcelaine pour la première classe seront, quant à eux, fabriqués par l’usine Guy Degrenne de Hongrie qui va, elle aussi, recevoir un investissement de 2 millions d’euros.

La stratégie de Guy Degrenne passe aussi par un développement à Vire de la sous-traitance industrielle. Loin d’être une activité confidentielle, cette activité d’emboutissage profond sur inox représente un tiers du chiffre d’affaires du groupe. Guy Degrenne fabrique des pièces en inox embouties pour des secteurs aussi divers que le médical, l’électroménager, les pompes, l'industrie agro-alimentaire, le luxe, la parfumerie, le ferroviaire (cuvette de toilette du TGV) ou encore le nucléaire (conteneurs de transport de déchets radioactifs).

Si cette sous-traitance industrielle est très tournée vers l’export (Allemagne en tête), ce n’est pas le cas de la vaisselle et des couverts qui reste une activité très hexagonale. "Nous avons un potentiel énorme de développement à l’export pour les arts de la table et nous nous y attaquons" explique Thierry Villotte. La prospection a commencé à Moscou, Shanghai, New-York, Dubai …

Un nouvel actionnaire

Cette stratégie de conquête et de développement a été rendue possible par la toute récente restructuration financière de Guy Degrenne. Confronté à 4,7 millions d’euros de pertes pour l’exercice 2013-2014 et à une dette bancaire importante, le groupe coté en Bourse a fait entrer à son capital un nouvel actionnaire, la société Diversita, propriété de Philippe Spruch. Celui-ci a renforcé les fonds propres de Guy Degrenne à hauteur de 20 millions d’euros. Il détient désormais 68 % du capital de l’entreprise aux côté des actionnaires historiques Charles Baur, Christian Haas et la famille Wertheimer. "Philippe Spruch était intéressé par notre savoir-faire et notre potentiel de développement" souligne Thierry Villotte.

Outre son usine de Vire dédiée à l’inox, Guy Degrenne possède une usine de porcelaine à Limoges (Haute-Vienne), une usine de porcelaine en Hongrie et une usine en Thaïlande spécialisée dans les couverts à manche couleur. Guy Degrenne réalise un chiffre d'affaires de 85 millions d’euros avec 1 000 salariés, dont 650 en France.

Claire Garnier

0 Commentaire

Guy Degrenne investit sur son site historique de Vire

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS