Guerre du feu dans les barbecuesQu'est-ce qui fait vaciller les braises des traditionnels barbecues au charbon de bois ? Réponse, les modèles fonctionnant à l'électricité et surtout au gaz. Mais les importations asiatiques leur donnent aussi du fil à retordre, tout comme les barbecues jetables.

Partager

Guerre du feu dans les barbecues

Qu'est-ce qui fait vaciller les braises des traditionnels barbecues au charbon de bois ? Réponse, les modèles fonctionnant à l'électricité et surtout au gaz. Mais les importations asiatiques leur donnent aussi du fil à retordre, tout comme les barbecues jetables.



La guerre du feu a éclaté dans les barbecues ! Qui pourrait l'imaginer, en savourant des brochettes sous un ciel étoilé ? Pourtant, les barbecues électriques et surtout les barbecues au gaz font bel et bien vaciller les traditionnelles braises du charbon de bois. Plus sophistiqués, ils grignotent en effet, depuis cinq ans, de belles parts de marché à leur vieux concurrent. La preuve ! " En France, les ventes de barbecues au gaz progressent de 15 % par an ", estime Sylvain Le Barrois, de Char-Broil France. Américain, le leader mondial du barbecue à gaz, qui a acheté Thermos début 1997, s'est attaqué à l'Hexagone il y a seulement quatre ans. Et annonce avoir réussi à dépasser Camping Gaz sur ce terrain. Ce que nie le pionnier du secteur en France, malgré la douloureuse restructuration qu'il a connue en entrant l'an dernier dans le giron de l'américain Coleman. Aux Etats-Unis, le paradis du barbecue, les consommateurs se sont intéressés plus tôt au barbecue à gaz. Depuis plus d'une dizaine d'années, ils sont séduits par son allumage facile, rapide et sûr, sa cuisson maîtrisée, et aussi son entretien aisé. Cette saison, les ventes de barbecues au gaz devraient même, pour la première fois, dépasser celles des barbecues au charbon de bois. Rien à voir avec la France, où il se vend environ six fois plus de modèles au charbon de bois que de modèles à gaz. " En France, on aime encore bien jouer avec le feu. Les consommateurs préfèrent que cela grille, que cela fume ! ", explique Jean-Christophe Gros, chef de produit chez Le Creuset, le premier français qui ait lancé le barbecue au charbon de bois en fonte émaillée, en 1963. Aux côtés du gaz, le barbecue électrique réalise lui aussi sa percée. Surtout auprès des citadins, qui peuvent l'utiliser en toute sécurité sur leur balcon. C'est aussi un achat très féminin. " Certaines femmes en ont assez de voir leur mari jouer à l'Indien ! Elles sortent le barbecue électrique quand les entrecôtes n'en finissent pas de cuire ", plaisante Jean-Marc Vuillot, directeur général de Somagic. Le leader français du barbecue au charbon de bois avoue avoir tenté de se lancer sur ce créneau. Mais sans succès. En fait, les barbecues électriques ne côtoient pas les autres modèles dans les grandes surfaces. Loin des rayons camping, plein air ou jardinage, ils se positionnent dans les allées de l'électroménager. Pas étonnant, dès lors, que le grand du secteur ait pour nom Téfal. Et que l'on retrouve aussi dans les rangs les noms de Moulinex, Philips, Severin ou De'Longhi. Les barbecues électriques et à gaz ne sont cependant pas les seuls à donner du fil à retordre aux fabricants français de modèles au charbon de bois. Il y a aussi les importations de gammes moins coûteuses, essentiellement en provenance du Sud-Est asiatique. " En trois ans, les achats de barbecues au charbon de bois importés ont doublé, pour atteindre 110 000 pièces ", précise Jean-Christophe Gros. Un chiffre qui ne représente pourtant que 10 à 15 % des ventes totales, même si le phénomène ne date pas d'hier. Déjà, " en 1981, une norme française a été mise en place pour prévenir les accidents liés à la fragilité du foyer et au manque de stabilité des appareils venus d'Extrême-Orient ", explique Jean-Marc Vuillot de Somagic. Mais, également au titre de président de la commission française de normalisation sur ce produit, il s'insurge à présent contre les importations d'Extrême-Orient déguisées, des certificats de conformité pouvant être obtenus via l'Allemagne, auprès d'organismes de normalisation (TÜV) de " complaisance " . " Nous ne voulons pas ériger des barrages aux frontières, mais juste établir des règles de sécurité ", tient-il cependant à souligner. Dans le camp adverse, la réponse est cinglante. " Les normes françaises ne sont que des manoeuvres de lobby dans lesquelles on retrouve les magnats français du barbecue ! ", rétorque Daniel Boreau, directeur de gamme chez Lodi. Sa société distribue, entre autres, des barbecues jetables à moins de 60 francs. Ces barquettes en aluminium de 30 centimètres de côté sont immédiatement prêtes à l'emploi, puisqu'elles renferment un lit d'allume-feu recouvert d'une couche de charbon de bois. " Il est anormal que ce produit, qui marche bien au Royaume-Uni et en Scandinavie, ne soit pas reconnu en France ", proteste Daniel Boreau. Pourtant, en deux ans, entre 5 000 et 7 000 pièces fabriquées par le producteur français de charbon de bois Carbonex ont été vendues " sous le manteau " en France. " Essentiellement dans le Nord et dans l'Est, où le taux de pénétration des barbecues est supérieur à la moyenne nationale, et où l'influence frontalière se fait ressentir ", précise Daniel Boreau.



La cuisine sort dans le jardin

On est loin du feu de camp et de la cuisson à la Robinson ! Les barbecues deviennent en effet de plus en plus sophistiqués. Systèmes d'allumage faciles, grilles articulées pour ajouter du charbon de bois en cours de cuisson, cendriers inférieurs pour éviter la corvée du nettoyage, systèmes de récupération des graisses de cuisson, couvercles pour une cuisson en chaleur tournante, systèmes qui limitent les émissions de fumées , tout est fait pour faciliter la tâche de l'utilisateur. Et, sur certains modèles à gaz, assortis de thermomètres, de crochets à ustensiles, de paniers à épices, de plans de travail, on pourrait croire qu'une cuisine vient de sortir dans le jardin. Des formes rondes aux rouges et bleus éclatants sont aussi venues apporter un petit grain de folie aux foyers rectangulaires et noirs. Comme le Corolle d'Invicta et, cette année, l'Octopus de Philips, la véritable " Twingo " du barbecue !



Des modèles au gaz qui font grand bruit

Camping Gaz sait faire planer le mystère autour de ses barbecues à gaz ! Coup de marketing, simple changement de design ou véritable innovation technologique digne du réchaud sans flamme ? Lors du dernier salon Sisel Vert, qui s'est tenu à Paris en juin dernier, Camping Gaz n'a présenté qu'à quelques initiés ses modèles de la saison 1998. Dans le fond de son stand, à l'intérieur de trois petites salles, les fameux barbecues se soustrayaient à l'oeil indiscret sous de grands tissus gris. Le voile devrait être levé lors du prochain salon allemand Spoga, qui se tiendra au mois de septembre...



Le marché

Plus de 1 million de barbecues vendus chaque année en France.

Les technologies

Le charbon de bois domine encore 700 000 à 750 000 barbecues

Les principaux acteurs sont français.

- Numéro 1 : Somagic, à Cuisery (Saône-et-Loire), détient plus de 70 % du marché.

- Numéro 2 : Invicta, à Donchery (Ardennes).

- Le pionnier : Le Creuset, à Fresnoy-le-Grand (Aisne), a lancé ses premiers barbecues en fonte émaillée en 1963.

- Un secteur en pleine expansion depuis deux ou trois ans est celui des gros " barbecues-cheminées " en dur (argile expansée et béton), dominé par trois italiens (MCZ, Sarom, Edilkamin).

... le barbecue électrique réalise une belle percée...

Plus de 300 000 unités

Mais attention, les deux tiers sont des barbecues-grils de table, vendus sans pieds !

- Numéro 1 : Téfal.

- Mais aussi Moulinex, Philips, Severin, De'Longhi.

... et le gaz est en progression...

120 000 unités

Les acteurs : les américains Camping Gaz et Char-Broil, et aussi Sunbeam (distribué par Amca), Fiesta (canadien, distribué par Invicta).

USINE NOUVELLE N°2605

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LE CREUSET
ARTICLES LES PLUS LUS