Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

GTT, le leader mondial des membranes pour le gaz liquéfié, prépare son entrée en Bourse

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

GTT va mettre un peu plus de 40 % de son capital en Bourse d’ici fin février. Pour le spécialiste des membranes pour méthaniers, qui affiche une marge nette de 55 %, cette introduction doit permettre de renforcer son image d’acteur indépendant.

GTT, le leader mondial des membranes pour le gaz liquéfié, prépare son entrée en Bourse

Les entreprises citées

Comme annoncé en décembre dernier, GTT, le spécialiste mondial des membranes pour les méthaniers, a présenté les conditions de son entrée en Bourse sur la place NYSE Euronext à Paris. 41,84% du capital sera ouvert dans une fourchette de valorisation allant de 1,5 à 1,8 milliard d'euros, à raison de 41 à 50 euros par action. L’ancien capital se partageait à 40 % pour GDF Suez, 30 % pour Total et 30 % pour le fonds d'investissement américain Hellman & Friedman. GDF Suez conservera toute sa part, tandis que Total et Hellman & Friedman ne détiendront plus que 8,76% chacun. "Cette entrée en Bourse nous permet d’envoyer un message vers l’industrie pour dire que nous sommes indépendants des grands pétroliers et des grands chantiers navals", explique le PDG Philippe Berterottière.

Cette forte valorisation pour la société de 350 salariés basée à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines) ne tient pas au hasard. Discret, GTT est un champion français comme il en existe peu. Sa spécialité est la construction de membranes de confinement et d’isolation du gaz naturel liquéfié à -163°C. Fabriquées en mousse de polyuréthane, contreplaqué et métal, ces membranes sont utilisées dans les méthaniers, les sites de stockage à terre et les FSRU (Floating Storage and Regasification Unit). Une technologie complexe protégée par 561 brevets, dont 27 déposés en 2013. "Nous imposons une course technologique épuisante pour ceux qui veulent nous suivre", explique Philippe Berterottière.

93 % des commandes aux mains du français

Et c’est vrai qu’ils sont durs à suivre. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2013, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 217,6 millions d'euros et un bénéfice net de 118,7 millions d'euros. Soit une marge nette de près de 55 % ! 70 % de la flotte mondiale de méthaniers est aujourd’hui équipée de membranes GTT… 93 % des commandes en cours sont dans les mains du français.

Le groupe peut être confiant quant à son avenir. Le gaz va continuer à croître dans le mix énergétique mondial, ce qui suppose des échanges maritimes accrus. D’autant plus si les Etats-Unis commencent à exporter leur gaz de schiste comme cela semble se dessiner. Par ailleurs, GTT peut viser un nouveau secteur. En Amérique du Nord et en Europe, des normes sur les émissions de CO2 des navires poussent à remplacer les propulsions fioul par des propulsions au gaz naturel liquéfié. Le français a reçu une commande pour équiper un ferry de Brittany Ferries qui sera construit sur les chantiers de STX.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle