GSK : décision le 28 novembre à Rennes sur les effets secondaires du Requip

L'avocat du géant pharmaceutique américain GSK réclame une expertise judiciaire contradictoire et souligne des incohérences dans le dossier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

GSK : décision le 28 novembre à Rennes sur les effets secondaires du Requip

La cour d'appel de Rennes a annoncé le 10 octobre qu'elle rendra sa décision en délibéré le 28 novembre, dans l'affaire GlaxoSmithKline contre Didier Jambart.

L'homme avait fait condamner GSK en première instance en mars 2011, à cause des effets secondaires générés par son traitement de la maladie de Parkinson, le Requip, avec lequel il a été traité de 2003 à 2005. Il était parvenu à prouver au tribunal de Nantes avoir souffert d'une addiction au jeu et au sexe liée à la prise du Requip.

Comme le rapporte l'AFP, Didier Jambart avait rappelé que sa vie était "un enfer" qui avait pris la forme d'une addiction au jeu et d'une hypersexualité, le conduisant à s'exhiber sur internet, à se travestir et à se faire violer, ainsi qu'à commettre selon lui huit tentatives de suicide.

L'avocat de GSK, Jacques-Antoine Robert, a pour sa part réclamé hier une "expertise judiciaire contradictoire", et a souligné "des incohérences majeures" dans le dossier.

Selon l'AFP, il a mis en doute le diagnostic d'addiction au jeu et les problèmes d'hypersexualité de Didier Jambart. Il a aussi émis des "doutes très sérieux" sur les antécédents médicaux du plaignant, évoquant une possible "maladie bipolaire".

Me Antoine Béguin, l'avocat de Didier Jambart, a lui souligné que les effets secondaires du Requip étaient connus depuis 1999 et ne figuraient pas sur la notice du médicament.

En mars 2011, GSK a été condamné à verser 117 000 euros à Didier Jambart pour réparation du préjudice subi.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Santé
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS