Grève illimitée chez Dacia Renault, en Roumanie

Partager

Les salariés de Dacia, le fabricant de la Logan en Roumanie, ont mis leurs menaces à exécution. Depuis lundi, des milliers d'employés du site roumain de Pitesti ont entamé une grève « illimitée ». Leur revendication ? Une augmentation de salaire de 550 lei (environ 148 euros), ce qui porterait le salaire mensuel moyen brut à environ 435 euros, contre 285 euros actuellement. Soit une augmentation de plus de 50% jugée « irréaliste » par la direction de l'usine. Ramenée aux 13 000 salariés que comptent le site, l'augmentation coûterait environ deux millions d'euros.

A Paris, on préfère comparer le salaire au niveau de vie roumain. Un porte-parole du groupe indique notamment que le salaire moyen chez Dacia a déjà bondi "de 140% entre 2003 et 2007 alors que l'inflation cumulée a augmenté de près de 33%, preuve que les salariés profitent du succès de Dacia". La direction de l'usine a fait savoir qu'une augmentation réaliste ne dépassera pas les 144 lei, soit 44 euros.

Chiffres contre chiffres, les salariés avancent, eux, les 62 % de hausse des ventes enregistrées par Dacia pour les deux premiers mois de l'année. Celles-ci contribuent à hauteur de 10% des ventes du groupe. A raison d'une voiture produite toutes les 52 secondes, les grévistes réclament un « juste retour » des bénéfices. « Aucune voiture n'est sortie des chaînes de production depuis que nous avons commencé la grève à sept heures du matin. Aucune voiture ne sera produite si la direction ne satisfait pas nos demandes", a déclaré à Reuters Ion Iordache, représentant du syndicat de Dacia. Le 14 mars dernier, ils avaient déjà arrêté le travail pendant deux heures, en guise d'avertissement.

Premier constructeur automobile roumain, racheté en 1999 par le groupe français Renault, Dacia a établi un nouveau record de ventes en 2007, avec environ 220 000 unités commercialisées en Roumanie et à l'étranger, soit une hausse de 17,4% par rapport à l'exercice 2006.

L'an dernier, la marque roumaine avait évité la grève en accordant une augmentation de salaire de 20%. Cette fois, même si le directeur du site se déclare ouvert au dialogue social, il a brandi la menace, à peine voilée, de délocalisation, évoquant l'ouverture d'ici à 2010 des usines Renault au Maroc, en Russie et en Inde. Des sites qui produiront, entre autres, la Logan.

C. R.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS