Grève de la faim chez Lafarge, qui ferme son usine bourguignonne

Partager

Social. Mardi 20 septembre, 12 des 74 salariés de l’usine Lafarge de Frangey (Yonne) ont entamé une grève de la faim devant le siège de l’activité cimenterie du groupe à Saint-Cloud, dans les Hauts-de-Seine. Ils contestent la fermeture de ce site, prévue pour avril 2013.
Les salariés, en tenue de travail orange et verte, se sont installés dans un campement constitué de tentes, et de tout l’équipement nécessaire pour tenir plusieurs jours. Ils demandent l’abandon du projet de fermeture de l’usine et, seraient « déterminés à aller jusqu’au bout », comme l’a affirmé à l’AFP, Florent Gaden, délégué CFDT du site.
Les manifestants ont reçu le soutien des pouvoirs publics, notamment de Jean-Claude Galaud, maire sans étiquette de la commune de Lezinnes (dont dépend Frangey), également en grève de la faim. « Nous sommes confrontés à une désertification » et « il y a un moment où il faut taper sur la table pour arrêter cela » a-t-il déclaré à l’AFP. Selon lui, l'usine constitue « le premier employeur de la ville » et son activité induit l'emploi « de près de 500 personnes autour de la commune ».
Elise Ginioux, porte parole de la direction, a expliqué que « malgré l’émotion naturelle que suscite ce genre d’annonce », Lafarge souhaite poursuivre progressivement, son projet de cessation d'activité. « Nous voulons maintenir le dialogue social tout en continuant à proposer différentes mesures d'accompagnement » affirme-t-elle. Ces mesures consistent notamment en un reclassement de tous les salariés, que la direction avait annoncé en même temps que la fermeture du site, en mai.
Amandine Ascensio, avec AFP

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS