Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Greenpeace fait grimper le coût du grand carénage du parc nucléaire français

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Selon une étude réalisée pour Greenpeace, la facture pour prolonger l’exploitation des réacteurs nucléaires pourrait être quatre fois plus élevée que les prévisions d’EDF. Le grand carénage du parc français est aujourd’hui chiffré à 55 milliards d’euros par l’électricien.

Greenpeace fait grimper le coût du grand carénage du parc nucléaire français © ClicGauche - Wikipedia - C.C.

Greenpeace est hostile à la prolongation du parc nucléaire d’EDF. Mais cette fois-ci, l’ONG n’appuie pas son argumentation uniquement sur la sûreté. Elle pointe le risque d’un coût prohibitif pour un tel projet. Elle s’appuie sur un rapport commandité au cabinet Wise-Paris, proche des mouvements environnementaux et anti-nucléaires. Dans son étude présentée le 25 février, le cabinet juge que la prolongation de la durée de vie de 40 à 60 ans des 56 réacteurs du parc nucléaire - hors Fessenheim - a été largement sous-estimée.

EDF a prévu de dépenser 55 milliards d’euros d’ici 2025 sur l’ensemble du parc pour les opérations de maintenance lourde appelées grand carénage. Soit un peu moins d’un milliard par réacteur en moyenne. Devant les parlementaires, Dominique Minière, le directeur délégué à la direction Production-Ingénierie d'EDF, a même décrit ces investissements dans le détail : 10 milliards d’euros pour les effets post-Fukushima, 20 milliards pour la mise à niveau des centrales lors des opérations de maintenance et des visites décennales, 15 milliards pour remplacer les grands composants et 10 milliards pour des projets patrimoniaux.

Selon le cabinet mandaté par Greenpeace, il faudrait plutôt dépenser 1,35 milliard d’euros par réacteur pour une sûreté préservée à son niveau actuel. Et il faudrait investir jusqu’à 4 milliards d’euros pour une sûreté élevée équivalente à celle de l’EPR, le réacteur français de 3ème génération. Ce budget serait plombé par les travaux à réaliser sur les piscines de combustibles usés. A la suite de l’accident de Fukushima, ces installations ont été montrées du doigt pour leur vulnérabilité.

Greenpeace et l’ASN en lanceurs d’alerte

Greenpeace et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) peuvent faire cause commune sur ce sujet. Bien sûr, l’ASN n’a pas fait d’estimation sur le coût des travaux, car ce n’est pas sa fonction. Mais son président, Pierre-Franck Chevet, ne cesse de rappeler que la prolongation n’est pas acquise. Selon lui, de nombreuses questions se posent pour atteindre un niveau de sûreté très proche de l’EPR. Il a même précisé, lors des vœux de l’ASN en janvier, que la question des piscines serait primordiale. L’ASN doit donner un premier avis en 2015 sur le programme d’EDF.

Greenpeace estime que les réacteurs ne doivent pas être conduits au-delà de 40 ans. Quoi qu’il en soit, la France doit se prononcer très vite. Sans grand carénage, deux à huit unités atteindront l’âge de 40 ans tous les ans entre 2020 et 2030. Cela signifie que 1 800 à 7 200 MW seront retirés du réseau annuellement. Dans ce cas, il faudra les compenser par de nouveaux outils de production, nucléaires ou pas. S’ils sont nucléaires, il est urgent d’anticiper la construction de nouvelles centrales…

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

27/02/2014 - 21h51 -

Il pourrait aussi être possible de changer le statut de ces sites nucléaires (électriques ou pas) pour les mettre sous sécurité militaire comme en Russie et aux USA. Ainsi les delta planes de GAZpeace ne pourraient plus survoler les centrales et se poser sur les bâtiments réacteurs.

Faut-il rappeler a GAZpeace que d'autres pays bien plus nucléarisés que le nôtre, comme les USA (via la NRC) ont d'ores et déjà prolongé jusqu’à 60 ans, donc pour 20 ans d'un coup la durée de vie de leurs réacteurs de technologie comparables (REP).

Je ne parle même pas des Russes et de leurs RBMK (type Tchernobyl) qui tournent toujours. Sans parler non plus du fait que ces derniers veulent vendre plus de GAZ et font tout que nous restions dépendants de leurs combustibles fossiles qui nous coutent un bras chaque année(3/4 du déficit commercial du pays est due aux combustibles fossiles !, en plus de contribuer au réchauffement climatique, qui aura lui aussi un cout par ses effets dans des boucles de rétroaction encore mal connues !

Conclusion : comme toutes les ONG antinucléaires (donc les verts de notre pays aussi,qui se sont historiquement développés sur cette idée antinucléaire principalement). GAZpeace ne cherche qu'une seule chose :faire grimper le cout de l'électronucléaire dans l'esprit de ceux qui les écoutent sans vérifier, pour qu'ils finissent par penser que la technologie nucléaire finira par être abandonnée car elle serait trop chère. Sauf qu'ils oublient (volontairement)de dire que notre électricité a 85% nucléaire nous fait économiser 20 Mds €/an depuis des décennies car le cout du combustible est ridicule (~1mds/an) par rapport a celui des autres moyens de production a base de combustibles fossiles (60 a 70 Mds/an)!
Répondre au commentaire
Nom profil

26/02/2014 - 17h09 -

J'aime assez l'euphémisme "Wise-Paris, proche des mouvements environnementaux et anti-nucléaires".
Cette association est moins timorée quand elle parle de son engagement: Sa première ligne de présentation est "We're small. We're powerful. We're anti-nuclear. We are grass-root oriented." (sur le site en anglais évidemment, vu que WISE-Paris tout seul c'est 2 personnes et que le site s'en ressent un peu)
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle