Greenpeace a survolé la centrale du Bugey

[ACTUALISE] - A quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, l’association écologiste Greenpeace interpelle les candidats. Elle veut démontrer la vulnérabilité des sites nucléaires en France.

Partager

Greenpeace a survolé la centrale du Bugey

A 7h40 ce 2 mai, un militant de Greenpeace a survolé la centrale du Bugey près de Lyon avec un paramoteur, pénétrant alors un espace aérien interdit. Sur la fin de son vol il a déposé des fumigènes sur l’un des réacteurs de la centrale et a atterri à l’intérieur du site. Une information confirmée à l'AFP par les gendarmes sur place.

L’objectif d’une telle mission était de démontrer la vulnérabilité des sites nucléaires français. "Alors que l’Allemagne a pris en compte la chute d’avion dans ses tests de sûreté, la France refuse toujours d’analyser ce risque pour nos centrales", constate Sophia Majnoni d’Intignano, chargée des questions Nucléaires chez Greenpeace France.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon le directeur de la centrale, Alain Litaudon, Greenpeace n'a rien à démontrer. "L'événement de ce matin démontre très clairement que notre dispositif est efficace", a-t-il assuré.

L’association réclame donc que les deux candidats à la présidentielle s’engagent à lancer une analyse profonde des risques d’agression extérieures d’origine humaine sur les centrales nucléaires. Pour étayer son propos, l’association publie aussi sur son site une video inédite montrant des images aériennes de l’usine de retraitement de la Hague. Elle a été tournée en novembre 2011 par un engin volant équipé d’une caméra. "Preuve que rien n’a été fait pour prendre sérieusement en compte la menace d’une attaque aérienne sur les installations nucléaires françaises", selon Greenpeace.

"Sécurité pas remise en cause"

En réaction à l'initiative de Greenpeace, le groupe EDF qui gère la centrale du Bugey a assuré que "la sûreté des installations n'a à aucun moment été remise en cause. Les mesures de sécurité qui ont été renforcées en fin d'année 2011 ont permis une détection et une appréhension immédiate de l'auteur de l'intrusion". L'électricien français précise par ailleurs qu'il a déjoué il y a une dizaine de jours l'intrusion de Greenpeace dans deux centrales du Nord lui appartenant. "Sur ces sites là, puisque nous étions informés, nous avons pu mettre en place des mesures qui ont dissuadé Greenpeace d'intervenir, alors qu'ils avaient mobilisé visiblement des moyens importants" et "étaient prêts à intervenir", a expliqué Dominique Minière, directeur du parc nucléaire d'EDF, lors d'une conférence de presse ce 2 mai.

L'action de Greenpeace intervient le jour où l’association publie une étude réalisée par un expert britannique, John H Large, sur la vulnérabilité des centrales nucléaires françaises aux chutes d’avion. Un évènement qui selon l’association "n’a jamais été pris en compte ni dans la conception, ni durant l’exploitation des installations".

L'association avait déjà voulu démontrer les défaillances des centrales nucléaires en France en décembre dernier, en menant une mission commando à la centrale de Nogent.

Ce même 2 mai, un escaladeur a grimpé sur le centrale de Civaux. Hervé Couasnon, célèbre pour avoir approché en 2002 l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin à la tribune de l'Assemblée nationale, a pénétré dans l'enceinte de la centrale nucléaire EDF en déjouant la surveillance des vigiles d'entrée. Il a été interpellé par la gendarmerie en quelques minutes.

BARBARA LEBLANC

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS