Granulats de pneus sur les terrains synthétiques, "il faut peut-être faire évoluer les normes"

So Foot et Envoyé Spécial ont réalisé une enquête sur la présence des granulats de pneus usés au sein des terrains sportifs. Fréquentés principalement par des enfants, l'inquiétude repose sur la teneur en HAP de ces morceaux de caoutchouc. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Granulats de pneus sur les terrains synthétiques,
Terrain de football en herbe synthétique.

Les enquêtes menées par So Foot et Envoyé Spécial ont tissé un lien entre des problèmes de santé et des sols sportifs synthétiques. Certains terrains de football utilisés par de nombreux enfants sont conçus avec de l’herbe synthétique et une couche de granulat de morceaux de pneus recyclés. Ils permettent d’amortir les chutes sur le terrain.

Ces particules de pneus sont en contact avec de nombreux enfants et s’infiltrent dans les vêtements, chaussures, cheveux... Selon Envoyé Spécial, ce sont près de 20 000 pneus usagés qui sont utilisés pour couvrir un terrain et cela pourrait être cancérigène.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Plusieurs ministères ont ainsi saisi l'Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) pour évaluer "les risques liés à l'utilisation des granulats de caoutchouc recyclés notamment dans les terrains de sports synthétiques", indique un communiqué. "L’Anses étudiera les principales voies d’exposition pour la population générale, la population en milieu de travail" et rendra le rapport à la fin juin.

Aliapur, un éco-organisme qui collecte et recycle 40 millions de pneus usagés chaque année, met en avant sur son site internet une des nombreuses études réalisées à ce sujet. Celle de 2017 menée par l’Agence Européenne des produits chimiques (ECHA) qui a mis en évidence le caractère bénin de ces produits. "Sur la base de nos éléments de preuve, l’ECHA a conclu que la préoccupation pour les joueurs sur ces terrains, y compris les enfants, et pour les travailleurs qui les installent et les entretiennent est très faible", indique l’agence.

Elle ajoute qu’un certain nombre de substances dangereuses sont présentes dans les granulés de caoutchouc recyclés "notamment les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les métaux, les phtalates, les hydrocarbures organiques volatils (COV) et les hydrocarbures organiques semi-volatils (COSV)." Mais les concentrations de ces matières sont considérées comme trop faibles dans les revêtements sportifs pour avoir un impact sur la santé.

Les terrains de sport respectent les normes des pneus

Robert Jobard, Directeur Général de Sportingsols, constructeur de sols sportifs, admet qu'"il faut peut-être faire évoluer les normes". Aujourd’hui la limite de concentration en HAP dans les pneus est de 1000mg/kg tandis qu’elle est de 0,5 mg/kg dans les jouets. Ainsi, les terrains de sport sont aux normes actuelles des pneus malgré la fréquentation quotidienne des enfants.

"Notre fournisseur en granulat et caoutchouc est Tarkett. On en contrôle la provenance en interne. Et tous nos produits sont certifiés ISO et sont conformes", explique-t-il. "On sait que c’est conforme dans la classification des pneus. Mais pas dans la classification des jouets", ajoute Robert Jobard.

Pour lui, plusieurs solutions pourraient exister, mais "c’est une histoire de prix." Les terrains pourraient par exemple utiliser du liège " mais c’est beaucoup plus volatile, moins résistant à l’eau et il faut en remettre tous les ans. Ça coûte environ 10 000€ par an", note Robert Jobart. "On peut aussi utiliser de l’EPDM qui est un granulat fabriqué par les industriels. Mais il s’empresse d’ajouter, c’est aussi beaucoup plus cher."

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS