Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Grand Paris Express, les chantiers de la ligne 15 sud foisonnent

Olivier Cognasse

Publié le

Le Grand Paris Express n’est pas une Arlésienne, plus de 40 chantiers sont actuellement en cours sur la ligne 15 sud et les délais sont respectés.

Grand Paris Express, les chantiers de la ligne 15 sud foisonnent © O.C.

"Toute la ligne est quasiment en chantier jusqu’à Clamart, et en 2018, le Pont de Sèvres sera également concerné", explique Philippe Yvin, Président du directoire de la société du Grand Paris (SGP). La future ligne 15 sud qui reliera, donc, le Pont de Sèvres (Hauts-de-Seine) à Noisy-Champs (Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne) est en pleine activité avec 41 chantiers et 15 des 16 gares en travaux de génie civil.

23 des 38 ouvrages (puits de ventilation et accès de sécurité) sont également en chantier. En réponse à L’Usine Nouvelle, Philippe Ivin assure qu’il n’y a "aucun problème de financement, mais qu’il faut les arbitrages sur la trajectoire de l’Etat, prévient-il. Nous sommes toujours dans les temps, mais il ne faut pas trop tarder." Aujourd’hui, 2000 personnes travaillent sur les différents chantiers. Ils seront 5 000 fin 2018.

Dès le premier semestre 2018, deux tunneliers vont entrer en action, le premier fin février. Au total, dix tunneliers seront à l’ouvrage pour percer les 33 kilomètres de tunnels en 2019. Ils sont tous produits par Herrenknecht à Schwanau dans la Sarre (Allemagne), et 150 000 voussoirs seront préfabriqués sur quatre sites implantés en Ile-de-France.

A quelques hectomètres de la gare du RER A de Noisy-Champs. Les travaux de la future gare ont commencé avec le creusement de la boite-gare. 400 ouvriers travaillent sur le chantier - d’une longueur d’un kilomètre - de 6 heures à 22 heures. "Les riverains sont assez loin", confirme le chef de chantier. Et "la dalle en béton sera posée dans six ou sept mois".  Au niveau de la gare actuelle, une opération semblable à celles qui ont été réalisées à Clamart et Arcueil-Cachan est prévue. "Le ripage aura lieu en novembre 2018." C’est la RATP qui réalise l’ouvrage cadre de la gare.


Le premier tunnelier entrera en action fin février 2018

Quelques kilomètres plus au sud-ouest, le site de Champigny Plateau, où le premier tunnelier entrera en fonction. Les premières pièces sont déjà sur place prêtes à être assemblées. Descendu le 3 février prochain avec une fête populaire, le tunnelier commencera à creuser fin février 2018 et il devra atteindre l’ouvrage "Sentiers des marins" à Villiers-sur-Marne.

Ce tunnel de raccordement reliera le SMR, centre de maintenance et de remisage de Champigny, - "véritable centre névralgique de la ligne avec la direction de l’exploitation et de la maintenance" - au tunnel de la ligne 15 sud. "Le tunnelier va descendre progressivement. Il est assemblé à l’usine de Herrenknecht. Il tourne, puis il est démonté, explique le chef de chantier. Il avancera de 200 à 300 mètres par mois." Une centaine de camions vont assurer la livraison de l’’ensemble des pièces depuis Schwanau.

Quant au SMR, il emploiera à terme quelque 400 ouvriers qui assureront la maintenance de 60% des trains de la ligne et la commande de la ligne. Le toit de 2 hectares sera totalement végétalisé et devrait permettre de développer une production maraîchère.


La métamorphose des Ardoines

"Nous allons également expérimenter les premiers tunneliers verticaux pour les puits de secours", explique-t-on à la SGP. Les tunneliers coûtent environ 20 millions d’euros pièce et sont la propriété des entreprises de BTP qui réalisent les chantiers. Un atelier d’entretien se situe à Emerainville (Seine-et-Marne). Le train suiveur sera construit par TMS, filiale d’ Herrenknecht à Le Pouzin (Ardèche).

Aux Ardoines, l’arrivée de la nouvelle gare sera vécue comme une délivrance. Le quartier reprendra vie avec une véritable métamorphose architecturale et surtout la fréquence des trains – aujourd’hui de 15 minutes – va considérablement augmenter avec cette interconnexion à la ligne du RER C. Il y aura 12 trains par heure. Une première boite-gare est en creusement. La construction du passage souterrain qui permettra l’accès au RER C commence.

La future gare de Villejuif Institut Gustave Roussy est également en chantier. 1 million de mètres cubes de terre vont être au final excavés. Ce sera la deuxième gare la plus profonde de la ligne. La réalisation des parois circulaires du puit central qui accueillera la future gare a débuté.

Philippe Ivin assure que les lignes 14 sud, 15 sud et 16 seront prêtes pour les J.O. Mais la SGP attend les arbitrages avant Noël. Pour l’instant, les chantiers avancent en temps masqué. D’après un expert, cela peut durer trois mois, mais après cela deviendra de plus en plus difficile de tenir les délais. Car il faut lancer les nouveaux chantiers et les marchés publics.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus