Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Grand ménage chez Zodiac avant la fusion avec Safran

Olivier James , , ,

Publié le

Le président du Directoire de Zodiac, Olivier Zarrouati, quitte son poste le 15 juin. Signes d’une période tumultueuse, le comité exécutif a été profondément renouvelé en quelques mois.

Grand ménage chez Zodiac avant la fusion avec Safran
Olivier Zarrouati, president du directoire Zodiac
© D.R

La situation devenait intenable. Après dix ans en tant que président du Directoire de Zodiac, Olivier Zarrouati quittera le groupe le 15 juin. Alors que le rapprochement avec Safran devrait être validé le même jour lors de l’assemblée générale du motoriste, le dirigeant paie l’incapacité de son groupe à mettre fin à des difficultés industrielles commencées dès 2014. Le nième profit warning annoncé en avril – avec un résultat opérationnel courant en perte de 12 millions d’euros – aura été celui de trop.

Le départ de celui qui devait devenir directeur général délégué du nouvel ensemble formé avec Safran était attendu. L’ex pdg de l’équipementier automobile Faurecia Yann Delabrière nommé en tant que conseiller spécial fin avril prendra la succession d’Olivier Zarrouati. C’est la fin d’une période difficile pour Olivier Zarrouati, qui aura subi les foudres de certains clients – dont les injonctions publiques répétées du patron d’Airbus, Fabrice Brégier – puis les attaques de la part du fond TCI, opposé à la fusion avec Safran.

Un comité exécutif renouvelé

Reste que fin avril, Didier Domange, président du conseil de surveillance avait tenu à rappeler le bilan d’Olivier Zarrouati. "Sur la durée de ses mandats, Olivier Zarrouati a délivré un rendement total pour l’actionnaire de 280%. Cette performance n’est battue dans le secteur que par Safran, qui est du même ordre". En termes de chiffre d’affaires et d’effectifs, Zodiac est aujourd’hui deux fois plus gros qu’il ne l’était il y a dix ans. Mais c’est aussi cette croissance forte qui aura causé l’emballement industriel du groupe. "Nos retards sont dus à une perte de vue du terrain", avait admis à L’Usine Nouvelle Olivier Zarrouati dès 2015. Mais son départ d’Olivier Zarrouati n’est que l’arbre qui cache la forêt.

Le plus ancien membre du comité exécutif de Zodiac est arrivé en novembre 2016, témoignant de l’instabilité de l’équipementier ces dernières années : il s’agit de Christophe Bernardini, nommé directeur de Zodiac Cabin, suite au départ de Yannick Assouad pour Latécoère. Il a été remplacé début janvier à son ancien poste – directeur de Zodiac Aerospace Services – par Bruno Delile. En février, Antoine Dutriaux remplace Jean-Michel Billig au poste de directeur général de Zodiac Seats. Quant à Benoît Ribadeau-Dumas, tout juste nommé directeur de cabinet du nouveau premier Ministre Edouard Philippe, il a été remplacé par Didier Fontaine. C’est donc une équipe dirigeante profondément remaniée qui aborde le rapprochement avec Safran.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle