Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Grand Est] La complémentarité de ses réseaux

Publié le

[Grand Est] La complémentarité de ses réseaux

Le pôle métropolitain lorrain – Thionville, Metz, Nancy et Épinal – met en avant le numérique dans son label french tech et se pose en acteur majeur du Grand Est en la matière. L’Alsace multiplie les initiatives pour développer son maillage de start-up numériques autour des technologies médicales et de la santé, ainsi que de l’industrie du futur qui constituent les deux pôles de la french tech autour de Strasbourg et Mulhouse. Ces réseaux jouent la carte de collaborations informelles avec leurs homologues du Grand Est. En Champagne-Ardenne, notamment, l’accent est mis sur le développement des usages du numérique par les PME. Il n’en demeure pas moins qu’il manque dans la région la capacité de booster efficacement les start-up. Le secteur compte environ 35 000?emplois dans le Grand Est.

Optic 2000 lance des lunettes anti-somnolence

L’opticien troyen Didiez Papaz qui préside le réseau Optic?2000, toujours à l’affût de start-up innovantes, a été convaincu par le concept de lunettes permettant de lutter contre l’endormissement au volant développé par la start-up Ellcie Healthy. Dès le printemps 2018, il commercialisera ces montures intégrant des capteurs miniaturisés. « Le produit est au point techniquement et le concept touchant à la sécurité est intéressant puisqu’il combine deux aspects, la vision et la somnolence, comptant parmi les facteurs d’accidentologie », assure-t-il.

Plus que Pro crédibilise les avis d’internautes

La PME filiale du groupe Sereliance, à Schiltigheim (Bas-Rhin), n’en finit plus de grandir. Son portail d’entreprises de nombreux secteurs et d’internautes à la recherche du bon prestataire impose son concept : des avis clients authentifiés qui représentent de vrais retours d’expérience, bien loin des « avis » généralement diffusés sur le web, dont on connaît la faible fiabilité. Plus que Pro sélectionne en amont les entreprises référencées sur le portail, qui font l’objet d’un petit audit. Le principe est de mettre en relations des prestataires dont le sérieux est validé avec des clients qui peuvent se rassurer avec des retours de vrais clients. 4 000 entreprises françaises sont clientes de Plus que Pro.

Dressinbox prend vos mesures

Pour s’habiller sans perdre de temps à chercher la bonne taille en magasin, le plus simple est d’avoir dans son smartphone sa carte d’identité morphologique. Pour l’établir, la société troyenne Ymage a conçu Dressinbox, la cabine d’essayage du futur [photo]. « On entre dans la cabine après avoir téléchargé l’appli gratuite. Douze mesures corporelles sont effectuées de manière automatisée et sécurisée. Une fois sorti, on obtient son guide taille », expose l’un de ses créateurs, David?Rameaux. Il mène une opération pilote au sein d’un hypermarché Leclerc de Troyes (Aube), en espérant généraliser cette expérience shopping inédite. Une première nationale !

été indien éditions fait bouger les seniors

Alors qu’ils étaient étudiants en fac de sports à Reims (Marne), Benjamin?Braquet et Julien?Odienne planchaient sur un projet de coaching dédié aux seniors, estimant que les programmes d’activités physiques alors proposés n’étaient pas adaptés aux 55?ans et plus. Les deux amis se sont retrouvés début 2017 autour de leur idée pour fonder Été Indien Éditions à Charleville-Mézières (Ardennes). Ils ont élaboré un premier programme d’exercices en vidéo, diffusés via internet. Accessibles par téléchargement (sur abonnement), les séances peuvent être pratiquées où que l’on se trouve. Il suffit d’avoir une tablette, un ordi ou une télé.

Tam Télésanté connecte les nouveau-nés

Tam Télésanté fabrique à Nogent (Haute-Marne) des chaussons connectés (sans fil) qui sécurisent la pratique du peau à peau en maternité, en fort développement. Avec Chausson BBA, il est possible de maintenir un lien très étroit entre le nouveau-né et sa maman tout en s’assurant que bébé va bien. Le dispositif médical conçu par NATech (groupe Upperside), spécialiste de la télémédecine, permet de surveiller en continu l’oxymétrie, la fréquence de pouls et l’actimétrie. Alerté par un signal sonore, le personnel soignant peut intervenir en cas d’urgence.

Sesamm marie Bourse et réseaux sociaux

Installé à Metz (Moselle), dans la pépinière Synergie Lorraine, Sesamm prévoit l’évolution des indices boursiers grâce aux réseaux sociaux. Pour fonder la start-up en 2014, Sylvain?Forté, Florian?Aubry et Pierre?Rinaldi sont partis d’une ambition : dépoussiérer les technologies utilisées par la finance de marché. Les trois associés ont mis au point un outil à destination des opérateurs financiers capable de passer au crible 120 000?sources de données dites alternatives. Implantée à Paris et au Luxembourg, la start-up de 17?salariés se donne deux ans pour gagner Londres et les États-Unis. Elle a lancé cette année L’Humeur des marchés, une application permettant à aux gestionnaires d’actifs de connaître en temps réel le sentiment des internautes sur les actifs financiers.

Xilopix démarre son moteur de recherche

Une image vaut mille mots. Cette citation de Confucius éclaire le projet de Xilopix à Épinal (Vosges). La start-up, qui compte 33?salariés, a mis en ligne, le 9?mai, la version beta de son moteur de recherche par l’image Xaphir. Contrairement aux Google, Bing et autres Ask, celui-ci est capable de combiner différents formats : images, vidéos, pages web… Il est en mesure d’affiner sa page de résultats en fonction des choix – ou des exclusions – de contenus réalisés en un simple clic. L’ambition de son fondateur Éric Mathieu est notamment de valoriser la diversité des données répondant à une requête. L’entreprise cherche un partenaire financier pour finaliser la mise au point de sa technologie et organiser sa commercialisation dans les secteurs de l’e-commerce, de l’e-tourisme…

Fetch livre le resto à domicile

La start-up lorraine spécialisée dans la livraison des plats de restaurant à domicile Fetch accélère. Née en 2015 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), elle a conquis en l’espace de deux ans Metz, Dijon (Côte-d’Or) et Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et prévoit de couvrir une vingtaine de villes à l’horizon 2018. Pour se singulariser, son président Jean-Charles?Kurdali joue la carte des villes moyennes. Il évoque une relation de proximité avec les restaurateurs et livreurs à vélo [photo] liés à l’entreprise par un contrat de prestation. Soutenue par des acteurs régionaux comme les business angels de Yeast et le fond ILP-Sadepar, la start-up devrait franchir cette année le million d’euros de chiffre d’affaires. Passée de 3 à 18?salariés en un an, elle anticipe une nouvelle levée de fonds pour dépasser la barre des 1 000 repas livrés par jour.

Soc Informatique veut populariser le BIM

Alors que le développement du BIM (Building information modeling) progresse inégalement dans le secteur de la construction en France, SOC Informatique, implanté à Strasbourg (Bas-Rhin), développe JustBIM à destination de sa clientèle, des professionnels du bâtiment. Ce nouveau logiciel [photo] marque l’entrée de la start-up dans la maquette numérique et le BIM, dédié aux architectes, bureaux d’études, promoteurs, constructeurs… SOC Informatique promet à ses utilisateurs une ergonomie simplifiée et un logiciel en français et en anglais permettant une réduction des coûts de conception et de construction. De quoi convaincre les acteurs réticents d’entrer dans cette nouvelle manière de construire ?

Hakisa anime des communautés

En entrant au capital de Hager Group, son partenaire technique, la start-up strasbourgeoise Hakisa fait une très bonne pioche. Spécialisée dans la conception de solutions informatiques permettant de communiquer entre acteurs d’une même communauté (famille, associations, aidants…) à destination de personnes âgées ou dépendantes, Hakisa obtient ainsi des moyens pour renforcer son développement commercial en France et en Allemagne. Les deux sociétés travaillent ensemble depuis quatre ans et démarchent conjointement différents prestataires concernés par l’hébergement des seniors en proposant les solutions informatiques de Hakisa et la domotique de Hager.

Antsway optimise les tournées

À l’image du comportement des colonies de fourmis (ants en anglais), le logiciel commercialisé depuis février?2017 par Antsway, à Nancy, optimise les déplacements des flottes de véhicules. La solution combine planification des rendez-vous, construction de l’itinéraire et optimisation des tournées en temps réel pour abaisser les kilométrages de 20 % et les coûts d’usage de 35 %. Après avoir séduit de grands-comptes comme Enedis (ex-ERDF), La Poste luxembourgeoise et Onet, la start-up conduite par Marc?Grojean s’est adaptée aux flottes plus modestes, ainsi qu’aux véhicules électriques et à leurs contraintes de rechargement. Issue des laboratoires de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique, l’Inria – Grand Est, elle cible un chiffre d’affaires de 3,4?millions d’euros à l’horizon 2019.

Winalist facilite l’œnotourisme

Nicolas?Manfredini, 24 ans, vient de créer Winalist pour surfer sur la vague de l’œnotourisme et sur l’effet Unesco en Champagne. Cette plate-forme, disponible en sept langues, permet aux visiteurs de réserver facilement une visite, une dégustation… dans le domaine viticole de leur choix. La start-up de Mareuil-sur-Ay (Marne) a déjà convaincu une bonne cinquantaine en Champagne, mais aussi en Alsace et dans le Bordelais. Il devrait élargir cette offre car la demande est au rendez-vous avec 9 000?consultations par mois.

2crsi vend partout ses serveurs

Le fabriquant strasbourgeois de serveurs de calcul et de stockage à haute performance explose tous ses prévisionnels. Son chiffre d’affaires devait s’élever à 17?millions d’euros en 2017, il dépassera les 45?millions ! Ce succès – tout à fait unique à l’échelle des start-up régionales – s’explique par de nombreuses innovations qui lui donnent une visibilité mondiale, selon 2CRSI. Fabriqués localement avec des produits issus de PME alsaciennes, ces serveurs se montrent également moins gourmands en énergie que leurs concurrents. Pour financer et poursuivre cette croissance hors du commun, la PME prépare son entrée en Bourse pour le printemps prochain et vise une levée de fonds de 45?millions d’euros.

Whitequest crée l’usine virtuelle

Entraîner et assister les personnels aux opérations de production et de maintenance efficacement et en toute sécurité, c’est l’une des ambitions des outils virtuels développés par la start-up d’Erstein (Bas-Rhin). Une solution qui trouve de la légitimité dans les environnements hostiles, ainsi que pour les commerciaux qui font entrer prospects et clients directement sur le site de production. Le catalogue et les notices produits changent de dimension, devenant des outils de vente permettant la manipulation des pièces et composants techniques. WhiteQuest annonce une capacité d’adaptation de ses systèmes à chaque usine, adapté aux besoins de formation, d’assistance à la maintenance, repérage des non-conformités… 

Le Shadok, le Km 0, en attendant Village by CA

Pour la Champagne-Ardenne, la stratégie est d’irriguer le territoire avec de nombreux lieux collaboratifs non seulement dans les principales agglomérations (Troyes et Reims), mais aussi dans des cités de moindre importance. En Lorraine, le réseau LorNTech s’appuie sur plusieurs sites emblématiques du sillon lorrain à Metz, Nancy, Épinal et Thionville. Le site TCRM-Blida à Metz [photo] a engagé cette année une opération qui devrait le conduire à doubler de taille d’ici à 2020 pour atteindre 15 000?m2. Une antenne de l’accélérateur de start-up Village by CA (Crédit agricole) ouvre ses portes cet automne dans l’agglomération de Nancy. L’Alsace s’appuie sur Le Shadok à Strasbourg tandis que le Km?0 progresse à Mulhouse pour devenir le lieu emblématique du numérique dans le domaine industriel. Un livre blanc du numérique en Alsace observe que, malgré le développement considérable du nombre d’opérateurs, le manque de lieu totem obère l’essor du secteur.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle