Grand emprunt un milliard d’euros à l’arraché

Nicolas Sarkozy a suivi de près les arbitrages de la commission Rocard-Juppé sur le grand emprunt. Une enveloppe d’un milliard d’euros sera cependant consacrée aux projets retenus au titre des états généraux de l’industrie, au terme de la consultation, fin janvier.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Grand emprunt un milliard d’euros à l’arraché

Investissement, innovation,... et industrie! Les recommandations de la commission de sages réunis autour d’Alain Juppé et de Michel Rocard étaient claires. Priorité à l’investissement dans l’innovation pour renouer avec la croissance. Nicolas Sarkozy a confirmé lundi 14 décembre que les 35 milliards d’euros levés au titre du grand emprunt seront injectés dans l’économie selon les préconisations de la commission. Mais, cadeau aux industriels, il a annoncé qu’une enveloppe d’un milliard d’euros sera consacrée aux projets qui sortiront des états généraux de l’industrie. Une décision qui devrait lever le doute sur la cohérence entre les deux opérations… Voire mettre un terme aux «interrogations sur la compatibilité des deux mesures », reconnues par Nicolas Sarkozy lui-même.

Ce milliard a été obtenu à l’arraché par des industriels qui craignaient que leurs revendications ne restent lettre morte et que l’essentiel des financements du grand emprunt ne leur échappe. Selon les chiffres moulinés à l’Elysée, au total, l’industrie et les PME bénéficieront directement de 6,5 milliards d’euros. Une enveloppe à laquelle s’ajoute le financement destiné à quelques grandes filières industrielles. Ainsi, sur les 8 milliards d’euros consacrés à la recherche, 2,5 milliards profiteront au secteur de la santé et des biotechnologies. Les énergies renouvelables et le développement durable encaisseront 5 milliards d’euros (dont 1 milliard pour le nucléaire de quatrième génération) et le numérique 4,5 milliards d’euros. Pour développer des filières dites «d’excellence », 2 milliards d’euros seront consacrés à l’aéronautique, sous forme de prêts bonifiés, et au spatial.

De quoi préparer « dès à présent Ariane 6 » et « l’avion du futur plus silencieux et qui réduira de moitié sa consommation ». L’automobile et le ferroviaire bénéficieront eux d’un milliard d’euros, compris dans l’enveloppe de 6,5 milliards d’euros destinée au soutien à l’industrie et aux PME. «Au total, ce sont presque 16 à 17 milliards d’euros d’investissements publics qui iront à l’industrie », se félicite Christian Estrosi, le ministre de l’Industrie qui menait le siège de l’Elysée pour obtenir un soutien plus important pour le secteur. Pour orchestrer la mise en place de ces mesures, l’Elysée a choisi un homme de confiance, l’ancien médiateur du crédit René Ricol, qui a laissé sa place en octobre à Gérard Rameix. Seule interrogation : le timing de l’opération gouvernementale, de la levée des capitaux à leur injection dans l’économie. «Ce n’est pas un nouveau plan de relance », a martelé lundi le Président pour qui les investissements à venir devraient avoir des conséquences «pour les vingt à trente ans à venir ». Serait-ce enfin la politique industrielle attendue par les participants des états généraux ?

Sylvie Andreau et Solène Davesne



%%HORSTEXTE:%%
0 Commentaire

Grand emprunt un milliard d’euros à l’arraché

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS