Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Graftech va fermer son usine savoyarde en octobre et supprimer 41 emplois

, , ,

Publié le

Graftech va fermer en octobre les portes de son usine de Notre-Dame-de-Briançon à La Léchère (Savoie). Cette décision, qui prévoit la suppression de 41 emplois, est justifiée par le déficit de la branche graphite de ce groupe américain. La concertation avec les représentants syndicaux s’est tenue jeudi 16 avril.

Graftech va fermer son usine savoyarde en octobre et supprimer 41 emplois © Graftech

Le groupe américain Graftech, fabricant de composants en graphite, va fermer son usine de Notre-Dame-de-Briançon à La Léchère, Aigueblanche (Savoie). Le site, qui emploie 50 personnes, est spécialisé dans l’usinage de pièces pour les marchés de l’électrométallurgie, de la chimie, du silicium et du solaire. Le plan de sauvegarde de l'emploi annoncé en mars prévoit 41 suppressions de postes et des reclassements vers des sites de Graftech en Italie et à Calais (Pas-de-Calais).

Un marché dégradé depuis quelques mois

Pour les syndicats, la fermeture du site est injustifiée en raison de carnets de commandes suffisamment remplis, mais selon la direction, le site n’est pas rentable et l’usine est en perte de vitesse. "Nous avons des commandes pour l’année 2015, mais notre carnet n’est pas plein, explique Christophe Delayre, directeur du site Graftech de Notre-Dame-de-Briançon. Il y a bien des projets susceptibles de déboucher sur de bonnes perspectives à horizon 2020, mais ce ne sont que des hypothèses et ce n’est pas suffisant pour assurer la rentabilité du site. L’activité est en difficulté depuis plusieurs années et le marché s’est dégradé ces derniers mois. C’est ce qui nous a amené à envisager cette restructuration."

Selon le PSE annoncé, la procédure devrait s’achever en juin, les premiers licenciements intervenir en juillet avec un arrêt progressif de l’activité, avant un arrêt total en octobre. "Nous sommes en discussion pour chercher des solutions de revalorisation du site et de maintien de l’activité industrielle ici", ajoute-t-il. Située sur un terrain de 17 000 mètres carrés, l’usine occupe un bâtiment de 6 000 mètres carrés.

"Une casse inacceptable"

Les salariés de l’usine ont observé plusieurs mouvements de grève depuis l'annonce du plan. Jeudi 16 avril, le climat s’est tendu et quatre membres de la direction ont été retenus tard dans la soirée sur le site savoyard de Graftech après un comité central d'entreprise. Le directeur Christophe Delayre explique vouloir le retour à la négociation. Les salariés réclament la suspension du PSE et ont demandé une table ronde avec le préfet, lequel n’a pas encore donné sa décision.

Les élus locaux se sont aussi emparés du dossier, le maire de La Léchère, Jean-François Rochaix, qui suit activement le dossier et Hervé Gaymard, président du conseil départemental et député de la circonscription, qui évoquait déjà la situation de l’usine dans son discours d’investiture le 2 avril : "Nous ne pouvons pas accepter que Graftech ferme en juillet, cette unité de production qui a un carnet de commandes plein pour les années qui viennent, et déménage les machines vers un site de production italien. Nous serons tous solidaires pour empêcher cette casse inacceptable."

Jeudi 23 avril, une rencontre entre la direction de Graftech et les représentants syndicaux doit avoir lieu à Calais dans le cadre des concertations sur le PSE. Les prochains CCE (comité central d’entreprise) sont programmés les 5 et 13 mai en Savoie.

Le groupe Graftech, qui fournit des pièces pour l'industrie aéronautique, l'électronique ou l'énergie solaire, a enregistré en 2014 une baisse de son chiffre d'affaires mondial de 7% à 1,01 milliard d’euros pour une perte nette de 266 millions d’euros. Le site savoyard avait déjà connu un plan de restructuration en 2005 qui avait entrainé la suppression de 107 emplois.

Dorothée Thénot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle