Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Grâce à l'aveyronnais STS, l'aéronautique industrialise l'aligot

, , ,

Publié le

Made in France

Grâce à l'aveyronnais STS, l'aéronautique industrialise l'aligot
Cette machine prépare de l’aligot en moins de soixante secondes.

Pour Société Technic’Services (STS), l’aligot est l’avenir de l’aéronautique ! Une vraie diversification pour cette PME dont 80 % des 160 salariés sont en situation de handicap. Le sous-traitant aveyronnais, qui réalise pour le moment plus de 85 % de son chiffre d’affaires dans l’aéronautique, va accueillir d’ici à la fin de l’année, sur son site principal de Decazeville, une toute nouvelle ligne de production dédiée à l’assemblage de machines conçues pour préparer l’aligot à la demande. Cette recette aveyronnaise, mélange de pommes de terre, d’ail, de crème et d’une tome fraîche de fromage produite localement (le fameux aligot), nécessite une préparation longue et musclée. D’où l’idée de cette machine imaginée par deux entrepreneurs aveyronnais, Fabrice Carrier, dirigeant de la Maison Carrier (plats cuisinés frais et surgelés régionaux), et Christian Valette, éleveur de bovins de race Aubrac et restaurateur de l’établissement parisien« La Maison de l’Aubrac ». Conçue par STS en partenariat avec ACE, un bureau d’études industrielles, établi à Dijon, en Côte-d’Or, la machine est équipée d’un réservoir qui a la capacité de conserver 20 kg d’aligot surgelé à –18 °C. À la demande, une portion de 250 grammes peut être décongelée, avant d’être chauffée à 74 °C, le tout en moins d’une minute. « Nous avons développé des pales en silicone pour assurer le brassage de l’aligot à l’intérieur de la machine », précise Stéphan Mazars, directeur général de STS. Plus besoin de mobiliser du personnel pour remuer la préparation. Le prototype a rencontré un franc succès lors de salons agroalimentaires, mais également au salon aéronautique du Bourget. Plus d’une centaine de brasseries seraient déjà sur les rangs pour acquérir la machine. Les porteurs du projet ciblent aussi le marché des food-trucks. 

Usine Nouvelle N°3524-3525

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3524-3525

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 de L’Usine Nouvelle

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus