Grâce à Cognis, BASF renforce son leadership mondial

La redistribution des cartes se poursuit dans la chimie : l’acquisition par BASF de Cognis, également d’origine allemande, lui permet de devenir le numéro un mondial dans la fourniture de spécialités à l’industrie cosmétique et d’améliorer ses performances dans l’agroalimentaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Grâce à Cognis, BASF renforce son leadership mondial
Le siège de BASF, multinationale forte de 105.000 salariés, se trouve a Dusseldorf.

L’importance de la transaction, à elle seule, reflète les enjeux de l’acquisition que vient de secouer la sphère de l’industrie chimique: 3,1 milliards de d’euros! C’est effectivement la somme que va débourser BASF pour absorber les activités de Cognis, dont le siège se trouve également en Allemagne. L’ampleur d’une telle opération rappelle la reprise, par le même BASF l’an dernier, du suisse Ciba (implantés dans les encres, les pigments, etc.).
La naissance de Cognis remonte à une reconfiguration d’Henkel en 1999. Ce groupe employant 5.500 personnes dans trente pays s’est spécialisé dans l’élaboration d’aditifs fournis à des industries de toute sorte: cosmétiques, détergents, produits de nettoyage, lubrifiants, mais aussi des substances pour l’agroalimentaire telles que conservateurs, compléments, colorants, etc. Il appartenait à des fonds d'investissement qui ont préféré jeter l'éponge.

un BOND EN AVANT


L’on comprend mieux pourquoi le mastodonte BASF, premier chimiste planétaire, convoitait tant Cognis, quand on apprend le bond en avant que cette acquisition lui permettra d’accomplir. Un responsable de la communication au sein de la filiale française de BASF constate: «Désormais, notre groupe est le numéro un mondial des spécialités chimiques destinées aux industriels de la cosmétique, alors qu'il occupait la 3 ème place du classement. Pour ce qui est des détergents, nous restons le leader absolu. En ce qui concerne les aditifs s’adressant à l’industrie alimentaire, nous passons de la 6 ème à la 3 ème place.»

EHAPPER AUX CRISES CONJONCTURELLES

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Autre but de la manœuvre, pour les dirigeants de BASF: affûter la stratégie amorcée il y a plusieurs années, qui consiste à gommer l’image d’un «chimiste pur et dur». «En réalité, décrypte le responsable de la communication consulté par l’Usine Nouvelle, nous avons choisi de nous renforcer sur des segments à fort potentiel de développement qui échappent aux ondes de choc des cycles de crises financières qui se succèdent, pour garantir à BASF une croissance plus sereine et mieux maîtrisée.»

BASF a enregistré l’an dernier un chiffre d’affaires mondial de 50,6 milliards d’euros, alors que celui de Cognis était de 2,6 milliards.
Les deux groupes sont fortement implantés en France. Cognis y possède quatre sites de production, comptant 500 salariés, avec un chiffre d’affaires (selon le site institutionnel) supérieur à cent millions d’euros l’an dernier.
BASF a fait de l’Hexagone son troisième marché mondial. Dans ce pays travaillent, sous sa bannière, 2700 personnes. Le géant de la chimie aligne quelque 105.000 salariés sur les cinq continents.

0 Commentaire

Grâce à Cognis, BASF renforce son leadership mondial

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS