Google surfe sur sa notoriété

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Le premier moteur de recherche sur internet compte lever 2,7 milliards de dollars en Bourse. La concurrence est en embuscade.

Plus d'un internaute sur deux a le réflexe Google pour effectuer ses recherches sur internet. En France, ils sont même sept sur dix, selon Médiamétrie-eStat. Créé en 1998, Google a succes- sivement détrôné AltaVista puis Yahoo!. Attirés par le trafic généré sur les sites, les annonceurs se bousculent. Google, bénéficiaire depuis 2001, a ainsi réalisé 962 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2003 et 105,6 millions de dollars de résultat net.

L'annonce de son introduction en Bourse le 28 avril dernier apparaît donc comme une juteuse opération financière et un moyen d'asseoir sa position de leader face à une concurrence qui fourbit ses armes. Suite à l'achat du moteur de recherche Iktomi, Yahoo! ne dépend plus de Google pour sa technologie et développe ses services au grand public et aux entreprises, qui lui permettent de faire la course en tête avec un chiffre d'affaires 2003 de 1,625 milliard de dollars. Micro- soft, dont le portail MSN peine à s'imposer, annonce pour cet été un moteur de recherche parfaitement intégré à son univers bureautique. Et même le géant du commerce électronique Amazon développe son propre outil d'exploration, A9.com. Rien n'indique pourtant que l'avance technologique de Google soit menacée.

Des pratiques commerciales contestées

La faille viendrait plutôt de ses pratiques pour générer du trafic chez ses annonceurs. Parce qu'il ne respecte par le droit des marques dans ses services de liens sponsorisés, Google accumule les attaques en justice de la part d'entreprises. Après Vuitton, c'est au tour du groupe Axa de porter plainte pour contrefaçon. Son service Gmail, qui propose 1Go de mémoire de stockage en échange de l'insertion des publicités contextuelles dans les courriers électroniques, soulève aussi les foudres des associations de défense des droits privés alors qu'il n'est encore qu'en test. Des plaintes émanent de seize pays, dont deux de l'Union européenne. Etre leader ne place personne au-dessus des lois.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte