Google s'attaque aux outils de recherche et de réservation de vols

, ,

Publié le

Le groupe américain s'apprête à investir le secteur aérien. Il va débourser 700 millions de dollars pour s'emparer d'ITA Software, l'un des principaux spécialistes des outils de comparaison et de réservation de vols.

Google s'attaque aux outils de recherche et de réservation de vols © Baptiste Fenouil/REA

« Cette acquisition montre clairement que Google ne veut plus se contenter d'être un généraliste sur Internet », lance Jean Ferré, PDG de l'éditeur français Sinequa, un spécialiste de la recherche d'entreprise, lorsqu'on l'interroge sur le rachat d'ITA Software par Google (pour 700 millions de dollars, soit 566 millions d'euros). « Avec cette acquisition, Google s'attaque aux comparateurs de vols », remarque le responsable. Mais demain, d'autres catégories d'entreprises ayant une forte activité en ligne risquent d'être touchées de la même manière, d'après lui : « Google va faire la même chose sur les comparateurs pour le e-commerce, sur les Pages Jaunes... Petit à petit, il va concurrencer tout le monde pied à pied... ». La raison ? « Sa stratégie consiste à traquer le trafic là où il est pour vendre de la publicité ».

Et pour capter du trafic, rien de tel que la comparaison, explique Guy Raffour, PDG du cabinet Raffour Interactif : « Nous avons récemment publié une étude sur les nouveaux comportements des Français dans laquelle la comparaison en ligne ressort en tête de liste. Le contexte s'y prête : les gens veulent optimiser leur budget et donc ils comparent tous types de produits pour trouver le meilleur rapport qualité-prix ».

Un segment porteur mais encombré

En s'emparant d'ITA Software, Google s'apprête à gagner une place prépondérante sur le marché de la comparaison de vols, où il disposera d'une technologie d'analyse, d'organisation et de comparaison des informations liées aux vols, à leurs prix et à leurs disponibilités. Créé en 1996 par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology), ITA Software édite un système de recherche et de comparaison de vols (QPX), une technologie de gestion des inventaires et des réservations (RES) et un service en ligne de réservation de billets (IBE, pour « Internet Engine Booking »). Des outils qui sont proposés à des compagnies aériennes (American Airlines...), à des voyagistes et à des comparateurs (Bing Travel de Microsoft s'appuie, par exemple, sur une technologie d'ITA Software).

Mais Google se veut rassurant : il n'a pas l'intention de vendre (en direct) des billets aux consommateurs et précise qu'il se contentera de diriger des prospects « vers les sites des compagnies aériennes et des voyagistes ». Et le groupe d'ajouter qu'il souhaite « préserver la concurrence sur le marché bouillonnant des voyages en ligne ».

Reste que son arrivée risque de bouleverser tout l'écosystème actuel. Parmi les principaux acteurs, on trouve Amadeus (créé en 1987 par Air France, Lufthansa, Iberia et SAS), qui a généré un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d'euros sur son dernier exercice annuel et détient une participation majoritaire dans Opodo. S'y ajoutent, entre autres, Expedia, Everbread, Easyvoyage, Go Voyages, TripAdvisor et Travelport/Sprice. Pour tous, la concurrence s'annonce rude.

Christophe Dutheil

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte