Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Google lancera ses Chromebooks en France le 15 juin

, ,

Publié le

Ces nouveaux PC connectés seront fabriqués par Acer et Samsung et vendus aux entreprises sous forme d'abonnements mensuels. S'ils rencontrent le succès, ils pourraient prochainement représenter une vraie menace pour les constructeurs et les éditeurs qui se sont spécialisés dans les postes de travail.

Google lancera ses Chromebooks en France le 15 juin © Samsung

"Le Web, tout simplement". Dès la page d'accueil, le ton est donné : "Les Chromebooks sont conçus et optimisés pour le Web, auquel vous consacrez la majeure partie du temps passé sur votre ordinateur", insiste Google, qui vient de présenter aux États-Unis ses premiers PC sous Chrome OS, à l'occasion de sa grande conférence développeurs Google I/O. Aficionados des systèmes d'exploitation et des logiciels "traditionnels", passez votre chemin...

Fabriqués par Acer et Samsung, les premiers Chromebooks de Google sortiront dès le 15 juin dans sept pays : Allemagne, États-Unis, Espagne, France, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni. Et "ils se situeront à mi-chemin entre les PC Web et les clients légers", estime Laurent Gasser, PDG de Revevol, une société de services d'une quarantaine de salariés proposant aux entreprises les services en ligne de Google et d'autres éditeurs.

Online et offline...

Concrètement, "c'est le navigateur qui fera office de système d'exploitation", explique Laurent Gasser, en soulignant qu'une "solution 'offline' permettra aussi à chacun de travailler sur ses documents en mode déconnecté".  Une fois reconnecté à Internet, les données – applications, fichiers, paramètres... – seront toujours sauvegardées sur le Web. "Ce qui offrira un réel avantage en cas de vol de la machine", d'après le spécialiste, qui y voit aussi une opportunité pour les entreprises souhaitant mettre à la disposition de leurs collaborateurs une flotte de PC portables d'appoint, à partager. "Votre poste de travail sera toujours accessible en ligne sur le Web". 

La promesse est alléchante. D'autant que Google précise que les nouveaux Chromebooks – nativement dotés de fonctions 3G et Wi-Fi - démarrent en huit secondes seulement, qu'ils bénéficient "d'une autonomie d'une journée" (8h30), mais aussi de mises à jour automatiques et transparentes pour les utilisateurs. De plus, "rien n'empêche les entreprises d'utiliser ces terminaux pour virtualiser totalement leurs postes de travail, avec des solutions comme Citrix et VMware", rappelle Laurent Gasser.

Mais pour les sociétés intéressées, la note risque d'être un peu moins séduisante : les Chromebooks, dont le système est basé sur Linux, seront facturés sur abonnement à partir de 28 dollars par utilisateur et par mois aux États-Unis. Un tarif auquel il faudra vraisemblablement ajouter celui des Google Apps, comprenant la messagerie (Gmail), le calendrier partagé (Agenda) ou encore le traitement de texte (Google Documents)...

Reste que ces premiers modèles représentent "une réelle attaque de Google sur le poste de travail tel qu'on le connaît actuellement, considéré comme l'activité la plus rentable de Microsoft", selon Laurent Gasser. "Ils ne s'imposeront probablement pas du jour au lendemain", reconnaît-il. Mais c'est une nouvelle épée de Damocles au dessus de la tête de Microsoft, qui a réalisé l'an dernier 52% de ses bénéfices grâce à Windows, toujours considéré comme sa « vache à lait ».
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle