Technos et Innovations

Google embauche le "père" de Java

,

Publié le

En bisbille avec Oracle sur l'utilisation de Java dans Android, Google prend l'avantage. L’entreprise de Redmond vient de recruter James Gosling, considéré comme le créateur de ce langage de programmation.

Google embauche le père de Java © D. R.

Un partout, la balle au centre... Dans le match qui l'oppose à Oracle sur l'utilisation du langage de programmation Java dans son système d'exploitation Android, Google marque un point. Il vient de recruter James Gosling, le père de ce langage de programmation chez Sun Microsystems, racheté par Oracle en 2009.

Parti d'Oracle en claquant la porte en avril 2010, comme nombre de ses condisciples de Sun, le canadien James Gosling - âgé de 56 ans - dit n'avoir aucune certitude sur ses futures activités chez Google. Mais pour les spécialistes, l'affaire est entendue : il sera le monsieur Java de Google et sera chargé de faciliter l'implémentation de cet environnement de programmation dans son système d'exploitation Android.

Le dossier Dalvik

Le recrutement de James Gosling a d'autant plus de sens pour Google qu'il fait l'objet d'une plainte en violation de propriété intellectuelle, déposée par Oracle en août 2010. L'éditeur américain l'accuse d'avoir - "en connaissance de cause et de façon répétée" - enfreint ses droits liés à Java. Son mécontentement porte notamment sur la conception de la machine virtuelle Dalvik, qui permet de faire tourner des applications Java dans des partitions "virtuelles" sous Android.

Une technologie sous le coup d'une autre plainte du français Gemalto. Fin 2010, le spécialiste de la sécurité numérique a accusé Google de s'être injustement appuyé sur certains de ses outils de développement pour la mise au point de Dalvik.

James Gosling sera-t-il en mesure d'aider Google à éteindre les incendies ? Il sera certainement de bon conseil : il est à l'origine des premières machines virtuelles Java développées par Sun dès 1995. Mais "il est difficile de savoir si ce recrutement est important techniquement ou si c'est un coup marketing de la part de Google, qui aime actuellement s'entourer de personnes ayant beaucoup de notoriété", estime Sylvain Veyrié, référent technique Java chez Key Consulting, une société de services francilienne. Pour lui, James Gosling n'a pas eu une activité technique pointue sur la machine virtuelle Java durant ces dernières années.

D'autres développeurs estiment en outre que Google ne pourra régler ce conflit lié à la machine virtuelle Dalvik, qui s'appuierait sur une base technique Java, qu'en "passant un accord avec Oracle."

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte