Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Google Chrome gagne du terrain sur le Web

, ,

Publié le

La guerre des navigateurs prend une nouvelle tournure. Chrome est en passe de supplanter Firefox. Et s'il poursuit sur cette lancée, le navigateur de Google devrait rattraper Internet Explorer d'ici à la fin de l'année. Dans les mois à venir, les trois principaux navigateurs du marché pourraient être au coude à coude. Une situation totalement inédite.

Google Chrome gagne du terrain sur le Web © ntr23 - Flickr - C.C.

Chrome est en train de détrôner Firefox à la seconde place du marché des navigateurs. Et si sa croissance fulgurante se poursuit, le navigateur de  Google pourrait même être au coude à coude avec Internet Explorer dans les mois à venir.

"Toute la question est désormais de savoir quand les parts de marché des trois principaux navigateurs  vont se rejoindre. Cela devrait survenir avant la fin de l'année", indique à L'Usine Nouvelle, Franck Si-Hassen, directeur délégué de Médiamétrie-eStat. En France, Médiamétrie-eStat observe une progression fulgurante de Chrome qui occupe 25,8% du secteur en mai 2012 (usage sur 50 principaux sites français), contre seulement 15,4% il y a un an. Sur la même période, Firefox est passé de 30,4 à 27,4% et IE de 44,5 à 31,1%. "Chrome a surtout pris des parts de marché à Internet Explorer qui connaît un très fort recul", poursuit le responsable.

La tendance est similaire au niveau mondial comme européen. Ainsi, selon les derniers chiffres de Net Application, Chrome occupait 19,6% du secteur au mois de mai, contre 19,7% pour Firefox et 54% pour Internet Explorer (panel mondial de 40 000 sites web analysés pas Net Application). En juillet 2011, le navigateur de Mozilla atteignait  les 22,8% de parts de marché contre 14,3% pour Chrome et près de 56% pour Internet Explorer.

En Europe : AT internet (http://www.atinternet.fr/documents/google-chrome-et-safari-renforcent-encore-leurs-positions-en-europe/), estime que Chrome occupait 18,9% du marché en mars 2012 contre 12,1% un an auparavant. De leurs côtés, Firefox a chuté à 26%, contre 29,2% en mars 2011 et  Internet Explorer recule à 39,5% au lieu de 47,9% il y a 12 mois.

Google a misé sur le marketing et les performances

Comment le navigateur de Google a-t-il réussi cette fulgurante progression ? "Les principaux atouts de Chrome sont la simplicité, la rapidité et la stabilité", explique Mathieu Llorens, directeur général de AT internet. "De son côté Firefox a connu, depuis un an, quelques problèmes de lenteur et de stabilité", poursuit-il.

AT Internet note également que Chrome a bénéficié de plusieurs campagnes marketing dont l'impact est non-négligeable. Un avis partagé par Franck Si-Hassen de Médiamétrie-eStat. "Chrome est le seul navigateur qui ait fait l'objet d'autant de promotion, sur le net bien entendu, mais aussi à la télévision ou dans le métro. Le téléchargement de Chrome est également fortement poussé sur l'ensemble des services de la galaxie Google, à commencer par le moteur de recherche", indique-t-il.

Dans les semaines à venir, Firefox cédera donc sa place de deuxième "browser" du marché à Chrome, désormais principal challenger d'Internet Explorer. Il est encore trop tôt pour savoir si le navigateur de Google passera devant celui de Microsoft, même si cela n'est pas exclu par les analystes. "Tout dépendra de l'impact d'IE 10 proposé avec Windows 8. Cela pourrait changer la donne et relancer l'intérêt pour le navigateur de Microsoft", estime Mathieu Llorens.

Mozilla : bon perdant

A la Mozilla Foundation, la perte de la deuxième place du marché n'est pas considérée comme un problème. "Notre ambition était de développer la concurrence et l'innovation sur le secteur des navigateurs web. Cela est aujourd'hui le cas, puisque les trois principaux navigateurs ont des parts de marché qui tendent à se rapprocher. Notre mission est donc accomplie", se félicite Tristan Nitot, porte-parole de Mozilla.

"Nous continuons d'investir pour la version desktop de notre navigateur, mais le véritable défi est désormais de développer la concurrence et l'innovation sur le marché des tablettes et des smartphones, qui est aujourd'hui trop fermé", conclut-le responsable. Il rappelle qu'une nouvelle version de Firefox pour Android, totalement réécrite pour l'OS mobile de Google, doit être proposée en version finale dans les semaines à venir.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle