Goodyear Dunlop France : 402 postes en moins à Amiens

Le fabricant de pneumatiques vient de préciser son « projet de réduction de production » de l'usine Goodyear d'Amiens. Résultat : 402 postes seront supprimés sur les 1 400 du site. Cette annonce fait suite au refus des syndicats d'adopter le rythme des «

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Goodyear Dunlop France : 402 postes en moins à Amiens
La direction de Goodyear Dunlop France (2 700 salariés sur ses deux sites mitoyens Goodyear et Dunlop) - d'Amiens a précisé dans la soirée de mardi le contenu de son « projet de réduction de production » de l'usine Goodyear qu'elle présentera aux représentants du personnel le 13 mai lors d'un CCE extraordinaire.

Cette annonce survient à la suite du refus des syndicats de cette usine de signer un accord relatif à une nouvelle organisation du travail (le 4X8), accord signé le 17 mars par les syndicats majoritaires (CGT, FO, CFTC) de l'usine Dunlop située à 50 mètres. Le groupe américain qui produit à Amiens 11 millions de pneus par an - exportés pour 2/3 vers les pays européens - estime que les sites amiénois sont « 25 % plus chers que les sites à environnement comparable en Allemagne ». Il considère que c'est la nouvelle organisation du travail en « 4 X 8 » couplée à un investissement industriel qui devait permettre au complexe picard d'être compétitif.

Il annonce pour le site Goodyear (1400 salariés) une « réduction de la production journalière de pneumatiques tourisme de 38 % en 2008 » ce qui se traduirait par la suppression, à compter de septembre 2008, de 402 postes permanents au sein de cette usine. Se trouvant dans « l'impossibilité de mettre en œuvre un projet de modernisation » sur le site Goodyear, la direction se dit « contrainte » d'envisager ces mesures « compte tenu de la baisse du marché des pneumatiques tourisme à faible valeur ajoutée en Europe de l'Ouest ».

Organisation en vigueur dans tous les sites européens de Goodyear Dunlop, sauf en France, le « 4X8 » implique la rotation des équipes - par opposition aux équipes dédiées à la « semaine » et au « week-end » - et consiste à passer de 5 à 4 équipes par semaine sur un rythme de 35 heures pour tous, contre 28 heures actuellement pour les équipes de week-end.

Le projet de modernisation du groupe de pneumatiques comprenait aussi, dans sa version initiale, une plus grande ouverture du complexe industriel - 350 jours par an contre 326 aujourd'hui - ainsi qu'une réduction de la masse salariale étalée sur 3 ans. Ceci devait s'accompagner d'un investissement de 52 millions d'euros dans des outillages destinés à la production de pneumatiques de tourisme à forte valeur ajoutée - les 15-18 pouces - destinés au marché européen, contre 13-15 pouces aujourd'hui.

Seul le site Dunlop sera modernisé, indique Goodyear Dunlop France qui confirme pour ce site, qui a « su sauvegarder son avenir », un investissement de 25,7 millions d'euros.

De notre correspondante en Picardie, Claire Garnier


Quelques dates clés

Août 2006 : 7 ans après la fusion Goodyear/Dunlop, la Direction de Goodyear Dunlop Tires France annonce une « structure de direction unique » pour les deux sites voisins Goodyear et Dunlop d'Amiens. Le nouveau management est chargé de la « mise en place d'un vaste projet industriel ».
Avril 2007 : les salariés sont informés d'un « projet d'adaptation aux enjeux du marché » comprenant une réorientation du site vers les pneumatiques à forte valeur ajoutée, un investissement de 52 millions d'euros, une réduction de l'effectif sur 4 ans (-450 salariés) et une nouvelle organisation du travail.
Octobre 2007 : dans l'impasse avec les syndicats pour négocier un nouvel accord d'entreprise sur les « 4X8 », la direction décide de consulter les salariés par « référendum » sur un projet global d'entreprise. 92 % de votants et 64 % de « non ». « En refusant le projet » déclare la direction, « les salariés ont pris un risque pour l'avenir du site », celui de son « déclin ».
Fin 2007 : la direction indique aux syndicats qu'elle rouvre la porte des négociations jusqu'en février 2008 et réitère qu'il n'y aura pas de « plan B ». « Soit vous signez, soit le site déclinera faute d'investissements ».
Janvier-février 2008 : les discussions s'ouvrent à nouveau. La direction indique qu'elle pourrait n'investir que sur le site Dunlop, en cas d'échec avec les syndicats de l'usine Goodyear.
17 mars 2008 : signature d'un accord 4X8 entre la direction et les syndicats CGT, CFTC, FO de l'usine Dunlop
25 mars 2008 : la direction propose aux syndicats de Goodyear de signer cet accord
29 avril 2008 : faute d'accord des syndicats de Goodyear, la direction annonce pour ce site une réduction de la production assortie d'une réduction de l'effectif dès 2008. Et confirme la modernisation du site Dunlop.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS